Nancy-Neufchâteau : lancement de la téléexpertise AVC

La téléexpertise dédiée aux Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) est opérationnelle au Centre Hospitalier de Neufchâteau depuis le début du mois d’avril 2014 : ces connexions mettent en relation à distance l’établissement vosgien et les neurologues du CHRU de Nancy séparés d'une soixantaine de kilomètres. Déjà en place à Bar-le-Duc et Verdun, le dispositif permet un traitement plus rapide des patients et évite les déplacements inutiles. Une nouvelle avancée positive dans la structuration de la filière AVC en Lorraine.

La téléexpertise dédiée aux Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) est opérationnelle au Centre Hospitalier de Neufchâteau depuis le début du mois d’avril 2014 : ces connexions mettent en relation à distance l’établissement vosgien et les neurologues du CHRU de Nancy séparés d’une soixantaine de kilomètres. Déjà en place à Bar-le-Duc et Verdun, le dispositif permet un traitement plus rapide des patients et évite les déplacements inutiles. Une nouvelle avancée positive dans la structuration de la filière AVC en Lorraine.
Le CH de Neufchâteau ne dispose pas d’Unité Neuro-vasculaire (UNV). Grâce à Odys, le service régional de téléconsultation médicale mis à disposition par Télésanté Lorraine, les médecins urgentistes de l’hôpital vosgien obtiennent désormais en cas de besoin un avis de l’UNV du CHRU de Nancy, recours pour la région. Le neurologue expert AVC visualise à distance la vidéo du patient en haute-définition, son dossier médical, ainsi que son imagerie médicale. La décision thérapeutique est prise conjointement avec l’équipe médicale néocastrienne et le patient peut ainsi recevoir son traitement dans un délai optimal. Un atout dans ces pathologies puisqu’une thrombolyse intraveineuse doit être administrée au plus tard dans les 4h30 suivant l’apparition des premiers symptômes.
L’instauration de la téléexpertise AVC à Neufchâteau, en collaboration avec le Dr Christelle Douart-Léger, chef de service des urgences, va augmenter le nombre de patients qui pourront bénéficier d’une thrombolyse. « 100 téléexpertises AVC ont pu être menées sur 2013 en Meuse et dans les Vosges » rappellent le Dr Sébastien Richard, neurologue au CHRU et animateur de la filière AVC autour de Nancy et le Dr Arielle Brunner, responsable de la filière AVC à l’Agence Régionale de Santé Lorraine. « C’est ce qui a incité l’ARS à élargir ce dispositif de télé-AVC sur d ‘autres territoires lorrains où existent des difficultés d ‘accès à la thrombolyse, comme à Neufchâteau. »
Odys, le logiciel dédié, est également utilisé par le CH d’Epinal dans le cadre du lancement de son Unité Neuro Vasculaire bénéficiant également de l’appui du CHRU de Nancy lors d ‘examens de patients susceptibles de faire un AVC.

Dans les prochains mois, d’autres téléexpertises AVC devraient être déployées sur de nouveaux sites comme le CH de Saint-Dié-des-Vosges. Enjeu : contribuer à réduire les inégalités de prise en charge, la mortalité et le handicap post AVC sur le territoire en augmentant le nombre de patients suivis par des professionnels formés dans les filières AVC et dans des délais optimisés.
Chaque année 130 000 personnes en France, dont environ 5500 en Lorraine, sont victimes d’un AVC, soit 1 toutes les 4 minutes. En cas de survenue brutale de l’un de ses signes, un seul réflexe, appeler le 15 :
– une faiblesse ou d’une perte de la sensibilité d’un côté du corps
– un trouble de la parole
– une perte de vision d’une moitié du champ visuel ou d’un œil
– et, plus rarement, d’un mal de tête extrêmement violent et brutal.
En savoir + sur Odys : https://crm.sante-lorraine.fr/fichiers/videos/video_odys.html

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.