Partages et collaborations : Nancy s’associe à 3 Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT)

Activités de recours, soutien à la démographie médicale, extension de la recherche et développement de l'enseignement. Tels sont les axes forts des collaborations entre le CHRU de Nancy, l’Institut de Cancérologie de Lorraine, l’Université de Lorraine et trois centres hospitaliers supports de GHT, les CH de Verdun-Saint-Mihiel, Emile Durkheim d’Epinal et de Sarreguemines. Ces établissements ont signé lundi 8 octobre des conventions d’association et défini 6 grandes priorités stratégiques.
Activités de recours, soutien à la démographie médicale, extension de la recherche et développement de l’enseignement. Tels sont les axes forts des collaborations entre le CHRU de Nancyl’Institut de Cancérologie de Lorraine, l’Université de Lorraine et trois centres hospitaliers supports de GHT, les CH de Verdun-Saint-Mihiel, Emile Durkheim d’Epinal et de Sarreguemines. Ces établissements ont signé lundi 8 octobre des conventions d’association et défini 6 grandes priorités stratégiques.
Selon les textes, chaque groupement hospitalier de territoire peut conclure une convention d’association avec le CHU de son ressort territorial en vue de renforcer l’accès aux activités de recours, de recherche et d’enseignement. A Nancy, les conventions définissent 6 grandes priorités stratégiques :
1. Améliorer la réponse aux besoins de santé de la population en consolidant les liens (partenariats/ collaborations) entre les praticiens du CHRU de Nancy, de l’ICL et des établissements des GHT.
2. Accroître la capacité de réponse aux avis spécialisés ou prises en charge de recours en favorisant et fluidifiant les orientations vers le CHRU et l’ICL de patients atteints de pathologies non prises en charge sur le territoire des 3 GHT.
3. Soutenir l’amélioration de la réponse aux besoins de santé sur le GHT en anticipant les évolutions de démographie médicale, en développant l’attractivité médicale sur le territoire du GHT et en facilitant le partage de temps médicaux.
4. Renforcer les liens en matière d’enseignement supérieur médical et favoriser l’installation d’internes en médecine dans ses établissements.
5. Faciliter l’accès à la recherche et l’inclusion des patients des 3 GHT dans des projets de recherche portés par le CHU.
6. Renforcer l’utilisation de la télémédecine et de la téléformation 
Des mesures très concrètes sont déjà déployées comme un numéro de téléphone ou une adresse électronique unique permettant d’accéder à un avis spécialisé de recours de façon non programmée concernant des prises en charge dans les territoires des GHT. En chirurgie du cancer, les plateaux techniques du CHRU ou de l’ICL seront ouverts aux praticiens des établissements du GHT cœur Grand Est. En pédiatrie, des réunions pluridisciplinaires du CHRU de Nancy s’ouvriront aux praticiens du GHT. Pour les disciplines en difficulté, des temps partagés médicaux seront proposés aux établissements associés.
Ces conventions visent aussi à renforcer les liens en matière d’enseignement et de formation pour permettre une répartition équitable des stages d’internes sur le territoire, faciliter le développement de l’enseignement à distance et favoriser l’accès aux outils de formation par simulation, en mutualisant les moyens de l’ensemble des acteurs.

Focus sur le soutien à la démographie médicale

L’accent sera mis sur la politique de gestion prévisionnelle des emplois à cinq ans; Parallèlement des actions d’information auprès des jeunes praticiens, pour valoriser le service public hospitalier et les opportunités de recrutement au sein des GHT seront menées. Par exemple, l’accès aux plateaux techniques spécialisés du CHU sera facilité pour les praticiens exerçant dans le GHT souhaitant maintenir leurs compétences en intervenant sur des équipements innovants.

Enfin, le développement de la recherche et l’innovation dans les hôpitaux des GHT avec le soutien du CHRU permettra à chaque patient, quel que soit son lieu de résidence et de soins, de bénéficier des derniers progrès de la médecine.

Les 3 GHT associés comptent 21 établissements publics

GHT Cœur Grand Est : CH Verdun/Saint Mihiel (établissement support du groupement); CH Vitry le François – CH Saint Dizier – CH Joinvillle – CH Wassy – CH Montier en Der – CH de la Haute-Marne – – CH Bar-le-Duc – CH Fains-Véel
GHT de Moselle-Est : Centre Hospitalier de Sarreguemines (établissement support du groupement); Centre Hospitalier Intercommunal Unisanté+ (CHIC) : Hôpitaux publics de Forbach et de Saint-Avold ; Centre Hospitalier Spécialisé en santé mentale de Sarreguemines.
GHT Vosges : CH Emile Durkheim Epinal ( établissement support du groupement) ,CH de Remiremont, CH de l’Ouest Vosgien , CH de Saint Dié des Vosges ,CH Gérardmer ,CH de la Haute Vallée de la Moselle (C2HVM) ,CH Fraize, CH des 5 vallées, CH de l’Avison , CH de Chatel sur Moselle,CH Lamarche , CH Val de Madon

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.