Nancy : une plateforme pédagogique de simulation médicale

Apprentissage par simulationRespiration, pouls, battement de coeur, rythme cardiaque, paroles : les patients-mannequins, plus vrais que nature, du Centre Universitaire d'Enseignement par Simulation Médicale de la Faculté de Médecine de Nancy agissent et réagissent à chaque acte médical effectué. Ouvert cette semaine, le Centre vise un apprentissage amélioré de la démarche du raisonnement médical et de l'urgence grâce à des mises en situation au plus près de la réalité sur la base de scénarii de situations aiguës écrits et programmés par les enseignants de la Faculté de Médecine et par les praticiens et cadres de santé du CHU de Nancy. Tour d'horizon de la plateforme pédagogique interactive destinée aux étudiants ainsi qu'aux professionnels de santé.

Respiration, pouls, battement de coeur, rythme cardiaque, paroles : les patients-mannequins, plus vrais que nature, du Centre Universitaire d’Enseignement par Simulation Médicale de la Faculté de Médecine de Nancy agissent et réagissent à chaque acte médical effectué. Ouvert cette semaine, le Centre vise un apprentissage amélioré de la démarche du raisonnement médical et de l’urgence grâce à des mises en situation au plus près de la réalité sur la base de scénarii de situations aiguës écrits et programmés par les enseignants de la Faculté de Médecine et par les praticiens et cadres de santé du CHU de Nancy. Tour d’horizon de la plateforme pédagogique interactive destinée aux étudiants ainsi qu’aux professionnels de santé.


Apprentissage par simulation
Faculté de Médecine de Nancy
Laurent Phialy

Installé à la Faculté de Médecine de Nancy, le Centre Universitaire d’Enseignement par Simulation Médicale (CUESiM) est équipé de 3 mannequins automatisés pilotés par système informatique. Une régie, centralisant les structures de pilotage et les caméras vidéo, permet aux tuteurs-enseignants de faire varier en direct les paramètres biologiques du patient et d’introduire dans le scénario les conséquences de chaque geste ou acte médical effectué ; autant d’indices qui mettent les apprenants sur la piste de la pathologie à traiter.

Cet outil de formation innovant constitue un excellent moyen d’améliorer la conduite du raisonnement médical, de s’entraîner aux gestes techniques (ventilation au masque, intubation oro-trachéale, exsufflation et drainage de pneumothorax, abords veineux superficiels et profonds, abords artériels au membre supérieur, ponction lombaire, cathétérisme vésical…) et de s’exercer à la gestion de situations de crise (comme un choc allergique en cours d’anesthésie).

Les étudiants sont ainsi confrontés à des cas cliniques précis et réels qui leur permettent de se familiariser avec les protocoles et procédures qu’ils appliqueront dans l’exercice de leur profession. Chaque session de simulation est suivie d’un débriefing au cours duquel les séquences filmées sont visionnées et les conséquences de chaque geste analysées par le tuteur-enseignant.

Permettant de simuler et de reproduire de nombreuses situations et de balayer un large éventail de pathologies, le dispositif est adaptable à chaque corps de métier, à chaque condition d’urgence et à chaque niveau de compétence et d’apprentissage. Le Centre est destiné aux étudiants des filières Santé (Médecine, Pharmacie, Odontologie, Maïeutique, Infirmier) soit 1 300 étudiants chaque année ainsi qu’aux auditeurs de la formation médicale continue. A terme, l’objectif du CUESiM est de s’ouvrir à l’ensemble des professionnels de santé, publics, privés ou libéraux, médecins soignants, paramédicaux, service santé des sapeurs pompiers, ambulanciers…

Le CUESiM a bénéficié des conseils avisés de la Faculté de Médecine et du CHU de Nice déjà équipés et du financement de l’Université Henri Poincaré, de la Région Lorraine, du Conseil général de Meurthe et Moselle, du Grand Nancy, du département de Formation continue de la Faculté de Médecine et de l’Association des Chefs de Services du CHU de Nancy.

Il conforte et renforce le savoir-faire nancéien dans le domaine de la simulation médicale déjà développé par la robotique chirurgicale. Ces concepts de simulation, au-delà de leur aspect novateur, sont des éléments fondamentaux de la formation médiale et donnent à la région Lorraine l’opportunité de prendre une avance certaine dans le domaine de la formation initiale et continue des professionnels de santé.

Contact
Professeur Marc BRAUN : href= »mailto:Marc.Braun@medecine.uhp-nancy.fr »
Professeur Gérard AUDIBERT : href= »mailto:g.audibert@chu-nancy.fr »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.