Nancy – Viêt Tri : les liens du sourire

C’est un sourire symbolique de près de 9 000 km de long, qui relie depuis le début du mois d’avril, le CHU de Nancy et l’hôpital de Viêt Tri au Nord Ouest de Hanoï : à la fois symbole de la coopération inernationale entre des équipes médicales et soignantes et illustration des vrais sourires des enfants opérés sur place d’une fente labio-maxillo-palatine qui déformait leur bouche.

C’est un sourire symbolique de près de 9 000 km de long, qui relie depuis le début du mois d’avril, le CHU de Nancy et l’hôpital de Viêt Tri au Nord Ouest de Hanoï : à la fois symbole de la coopération inernationale entre des équipes médicales et soignantes et illustration des vrais sourires des enfants opérés sur place d’une fente labio-maxillo-palatine qui déformait leur bouche.
C’est parce qu’ils ont pris sur leurs congés personnels, que 6 soignants du service de chirurgie de maxillo-faciale et plastique et du service d’anesthésie et réanimation chirurgicale du CHU de Nancy, emmenés par le Pr Etienne Simon, ont pu mettre leurs compétences et leur technique au service de 25 enfants vietnamiens âgés de 5 mois à 16 ans.
Rainer Lukner et Christiane Giorgi, médecins anesthésistes, Virginie Emser, chirurgien dentiste, Karine Crivelli, infirmière de bloc opératoire de l’établissement nancéien et Julien Davrou, assistant en chirurgie maxillo-faciale à Amiens et ancien interne de Nancy, ont réalisé 3 interventions par jour durant les deux semaines de leur séjour auxquelles se sont ajoutées les consultations préalables et la formation de leurs homologues sur place.
 Le service de chirurgie maxillo-faciale du CHU de Nancy est l’un des 12 centres de compétence reconnu au niveau national pour ce type d’intervention. Les 13 000 € qui ont permis de financer le voyage et l’hébergement de l’équipe du CHU ont été rassemblés par l’association « Fleur blanche » (www.fleur-blanche.org) grâce à l’organisation en Lorraine d’une cueillette collective de fleurs ayant poussé sur ses semis.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.