Nantes, CHU numérique, ouvre un entrepôt de données de santé

Les quantités croissantes de données de santé représentent de précieux gisements d'informations. Désormais disponibles, ces données cliniques vont pouvoir être exploitées par les chercheurs en vue d'améliorer les soins et traitements des patients. A Nantes, le CHU s’est doté d’un entrepôt de données de santé pour gérer 2,3 millions de dossiers patients, 16 millions de documents et plus de 50 millions de données. Un investissement de xxxx qui s'inscrit dans un projet commun aux Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest. Explications en 4 points...

Les quantités croissantes de données de santé représentent de précieux gisements d’informations. Désormais disponibles, ces données cliniques vont pouvoir être exploitées par les chercheurs en vue d’améliorer les soins et traitements des patients. A Nantes, le CHU s’est doté d’un entrepôt de données de santé pour gérer 2,3 millions de dossiers patients, 16 millions de documents et plus de 50 millions de données. Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’un projet commun aux Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest. Explications en 4 points…
Un entrepôt de données de santé: qu’est-ce que c’est ?
Un entrepôt de données de santé est un outil permettant de rassembler dans une seule  grande base, les données administratives, sociales et médicales des dossiers informatisés de patients pris en charge au CHU.
Il s’agit donc de données produites et collectées à l’occasion des soins et réutilisées à des fins de recherche. Les recherches réalisées utilisent a posteriori ces données recueillies et ne nécessitent donc aucune participation active du patient.
Un entrepôt de données de santé : à quoi ça sert ? 
Constituer un entrepôt de données de santé a pour objectif de faire progresser la médecine actuelle, pour l’amener vers une  médecine du futur qui, le cas échéant pourra s’appuyer sur des technologies innovantes d’intelligence artificielle: 
• Médecine prédictive et préventive, puisque les données vont permettre de mieux identifier les populations à risque pour cibler le déploiement des programmes de prévention. 
• Médecine personnalisée : L’entrepôt permet de mutualiser l’ensemble des données disponibles, pour évaluer chaque cas précis et prendre des décisions appropriées au patient. 
• Médecine participative : Certaines données de santé sont générées par les patients eux-mêmes, via des outils en ligne ou des objets connectés. L’implication des patients dans le suivi du traitement de leur pathologie est primordiale.

Les données de santé stockées dans cet entrepôt sont-elles en sécurité ?
 En conformité avec le règlement européen de protection des données personnelles (RGPD) mis en place en 2018, l’entrepôt de données de santé du CHU de Nantes a fait l’objet d’une analyse de risque minutieuse, en lien étroit avec la CNIL, qui a pu constater les garanties suivantes :
– Sécurité informatique : l’entrepôt de données est hébergé sur un serveur sécurisé du CHU de Nantes, aucun accès n’est possible de l’extérieur.
– Seule une équipe réduite et formée, localisée dans un service nommé «la Clinique des Données » a accès à tout l’entrepôt. Elle est le tiers de confiance entre les données des patients et les utilisateurs, et est garante d’une utilisation éthique et confidentielle des données.- Les utilisateurs chercheurs n’ont accès qu’aux données strictement nécessaires à leur recherche.
– Les données, si elles ont besoin d’être extraites de l’entrepôt, sont anonymisées.

Quelle transparence envers les patients, pour la ré-utilisation de leurs données ? 
Depuis avril 2018, chaque patient, lors de son admission au CHU de Nantes, est informé par la remise d’un  document de la possibilité d’utilisation de ses données à des fins de recherche; un contact lui permet d’exercer ses droits, notamment d’opposition. 
Les patients soignés au cours de ces dernières années au CHU de Nantes  qui souhaitent s’opposer à l’utilisation de leurs données en recherche doivent exprimer leur refus par mail à l’adresse suivante : vosdonneespersonnelles@chu-nantes.fr ; aucune justification n’est demandée et cela n’affectera en rien la prise en charge médicale ou le lien avec les soignants du CHU de Nantes.
Enfin, toutes les études réalisées à partir de l’entrepôt vont être publiées sur le site Internet du CHU de Nantes, dans la section recherche&innovations/entrepôt de données.
Le 19 juillet 2018, l’entrepôt du CHU de Nantes et l’ensemble de ses règles d’exploitation ont été officiellement autorisés  par la CNIL reconnaissant que les garanties mises en place par le CHU de Nantes en termes de sécurisation, traçabilité et transparence des données de santé étaient satisfaisantes. 
Composition de l’équipe de la clinique des données
5 Epidémiologistes/Datascientist et vacations d’épidémiologistes/biostatisticiens du CHU
1 informaticien/Datamanager en cours de recrutement
En soutien par la direction de la recherche : 1 chef de projet informatique et 1 médecin du CIC 1413 en support 
et par les services numériques territoriaux : une équipe de 4 personnes 

Sur le même sujet
Accès aux données cliniques pour faire avancer la recherche
Big Data en santé : labellisation du laboratoire rennais de données massives hospitalières
Lille s’engage pour une recherche d’excellence sur son territoire
L’IA, une chance pour la santé en Lorraine

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.