Nathalie Thilly : 1ère présidente élue à la tête de la recherche du CHRU de Nancy

Pour la première fois depuis ses 15 ans d'existence, le Conseil Scientifique a élu à la majorité une présidente à la tête de la recherche du CHRU de Nancy. Nathalie Thilly dirigera, à parité avec le Directeur de la Recherche & de l’Innovation (DRI) El Mehdi Siaghy, la Délégation à la Recherche Clinique et à l’Innovation (DRCI) de l’établissement hospitalo universitaire.

Pour la première fois depuis ses 15 ans d’existence, le Conseil Scientifique a élu à la majorité une présidente à la tête de la recherche du CHRU de Nancy. Nathalie Thilly dirigera, à parité avec le Directeur de la Recherche & de l’Innovation (DRI) El Mehdi Siaghy, la Délégation à la Recherche Clinique et à l’Innovation (DRCI) de l’établissement hospitalo universitaire.
Depuis 2003, la Direction de la Recherche & de l’Innovation (DRI), voit son rôle s’accroître au fur et à mesure de l’évolution de la réglementation sur la recherche clinique qui pose la responsabilité de l’hôpital en tant que promoteur de recherche. La Délégation à la Recherche Clinique et à l’Innovation (DRCI), constituée de plusieurs collèges (médecins, internes, paramédicaux, médico-techniques) anime un Conseil scientifique composé de 34 membres qui fixe les orientations stratégiques de la recherche clinique, stimule les réponses aux appels d’offre et soutient les investigateurs.
Aujourd’hui responsable médicale de l’Unité d’Investigation Clinique de la Plateforme d’Aide à la Recherche Clinique (PARC), cette épidémiologiste, diplômée de pharmacie et titulaire d’une thèse d’université en Santé publique, a obtenu son HDR (Habilitation à Diriger des Recherches) en 2013. Pour atteindre ce grade le plus élevé de la recherche universitaire et être nommée professeur des universités – praticien hospitalier, elle a passé avec détermination toutes les étapes de ce qui est reconnu pour être une école d’endurance plutôt qu’un long fleuve tranquille.
Nathalie Thilly connait bien le monde de la recherche : ses responsabilités professionnelles au CHRU la conduisent à soutenir et accompagner depuis 20 ans les chercheurs sur la méthodologie de leurs projets, l’investigation clinique et l’analyse statistique. Mais la recherche représente également son activité propre puisqu’elle est elle-même un chercheur actif et porte notamment une étude nationale sur l’acceptabilité de la vaccination contre le Papillomavirus, étude qui fédère 7 équipes de recherche universitaire sur le territoire français.
Son champ d’expertise porte sur l’évaluation des interventions de santé non médicamenteuses, plus particulièrement en maladies infectieuses, en nephro / cardiologie. Des travaux qui bousculent la méthodologie classique de la recherche clinique et qui l’ont rodée aux querelles de chapelles autour de la médecine fondée
sur les preuves. Une sensibilité qu’elle met également au service du Comité de Protection des Personnes (CPP) Est III, une instance indépendante rassemblant diverses compétences, qui donne un avis favorable, ou pas, au lancement de toute recherche sur la personne humaine.
C’est une expérience précieuse à l’heure où elle prend les rênes de la recherche du CHRU actuellement en pleine réorganisation, suite à une consultation interne menée en 2018 par le cabinet extérieur CMI auprès des médecins, des personnels de soin et des internes. Un nouvel organigramme en cours d’installation pour une plus grande proximité entre les différentes composantes : c’est la mission de la présidente élue pour deux ans qui ambitionne de mieux valoriser les résultats de la recherche en santé lorraine dans un environnement très concurrentiel.

Les chiffres clés 2019 de la recherche au CHRU de Nancy en chiffres 

905 Protocoles de recherche clinique en cours
5000 Patients inclus dans des recherches par an en moyenne
950 Articles publiés par an
450 000 Echantillons biologiques
20 Brevets actifs
5 Start up
Plus d’information
Laurence verger
Communication recherche du CHRU de Nancy
l.verger@chru-nancy.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.