Marseille à l’écoute des personnes nées grâce au don d’ovocytes ou de spermatozoïdes et de leurs parents

"Connaître les pratiques d’information des enfants conçus par don de gamètes - ovocytes ou spermatozoïdes" Tel est l'enjeu de la 1ère étude nationale lancée à Marseille auprès d'un large panel de personnes. Leurs réponses apporteront des éclairages sur les dynamiques familiales et personnelles déployées autour de la procréation avec don. L’analyse de toutes les réponses aidera à concevoir le meilleur accompagnement lors de la prise en charge des couples en assistance médicale à la procréation (AMP) avec tiers donneur.

"Connaître les pratiques d’information des enfants conçus par don de gamètes – ovocytes ou spermatozoïdes" Tel est l’enjeu de la 1ère étude nationale lancée à Marseille auprès d’un large panel de personnes. Leurs réponses apporteront des éclairages sur les dynamiques familiales et personnelles déployées autour de la procréation avec don. L’analyse de toutes les réponses aidera à concevoir le meilleur accompagnement lors de la prise en charge des couples en assistance médicale à la procréation (AMP) avec tiers donneur
Financée par l’Agence de la Biomédecine, cette recherche aborde une question fondamentale mais non prise en compte par le législateur. Pourtant, dès 1973, l’AMP avec tiers donneur a été rigoureusement encadrée au sein des CECOS (Centre d’Etude et de Conservation des œufs et du Sperme) notamment par les principes de gratuité, d’anonymat et de volontariat. Ces principes sont d’ailleurs repris dans la loi de bioéthique depuis 1994. Néanmoins, ni la loi ni le guide de bonnes pratiques cliniques et biologiques en Assistance Médicale à la Procréation n’évoquent la notion d’information des enfants conçus par don, et ils n’imposent rien aux couples ou aux équipes médicales à propos de l’information des enfants ainsi conçus sur leur mode de conception. 
Conduite en sciences médicales et sociales, cette étude a donc pour objectif principal d’évaluer à l’échelle nationale les modalités d’information des personnes conçues par don de gamètes sur leur mode de conception.
Elle croise les points de vue et l’expérience des parents et des personnes qui sont nées grâce à ces pratiques. Elle utilise une démarche à la fois quantitative et qualitative en s’appuyant d’une part, sur des questionnaires en ligne et d’autre part, sur des entretiens semi-directifs, destinés aux parents ayant eu recours à un don et aux personnes qui en sont issues. « Cette étude poursuit un double objectif, détaille le Pr Catherine Metzler-Guillemain*, d’une part, esquisser de grandes tendances concernant le partage de l’information sur le recours au don dans les familles et d’autre part, comprendre les motivations des choix parentaux et le vécu des personnes nées de don quant à cette information.»
Le Pr Metzler-Guillemain et son équipe s’intéressent depuis de nombreuses années à l’information des enfants nés grâce à un don de gamètes sur leur mode de conception. Plusieurs études ont été menées dans le service et ont fait l’objet de publications scientifiques. 
Les partenaires du projet
Ce projet relève d’un partenariat entre l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille et le Centre Norbert Elias, (Unité mixte de recherche 8562 Marseille et Avignon – EHESS / CNRS / Avignon Université / Aix-Marseille Université)
L’AP-HM a obtenu un financement par l’appel d’offre recherche 2018 de l’Agence de la biomédecine, pour la mise en place et la réalisation de ce projet de recherche.
Le service biologie de la reproduction – CECOS, – Hôpital de la Conception, AP-HM
L’investigateur principal de l’étude est le Pr Catherine Metzler-Guillemain, responsable du service de Biologie de la Reproduction – CECOS à l’Hôpital de la Conception, AP-HM, Marseille. 
L’investigateur associé est Agnès Martial, directrice de recherche au CNRS. Anthropologue, Agnès Martial est spécialiste des questions de genre et de parenté contemporaines dans les nouvelles formes de vie familiales. 
Le Centre Norbert Elias est un laboratoire pluridisciplinaire de recherche en sciences sociales (anthropologie, histoire, sociologie, sciences de l’information et de la communication), situé au Centre de la Vieille Charité, à Marseille.
*responsable du service de Biologie de la Reproduction (CECOS – Hôpital de la Conception, AP-HM)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.