NeurInfo, un concentré de neuroimagerie et de neuroinformatique

NeurInfo, plate-forme de neuroinformatique et de neuroimagerie, a été inaugurée le mardi 27 octobre 2009 sur le campus de Villejean à Rennes. Ces nouveaux équipements, installés dans les locaux du CHU, sont placés dans un premier temps au service des patients et de la recherche en neuroimagerie pour permettre, à terme, des avancées significatives sur les pathologies du système nerveux.

NeurInfo, plate-forme de neuro-informatique et de neuroimagerie, a été inaugurée le mardi 27 octobre 2009 sur le campus de Villejean à Rennes. Ces nouveaux équipements, installés dans les locaux du CHU, sont placés dans un premier temps au service des patients et de la recherche en neuroimagerie pour permettre, à terme, des avancées significatives sur les pathologies du système nerveux.

L’idée est simple : développer des protocoles d’imagerie innovants qui répondent à des questions plus spécifiques en recherche clinique. Seule une chose manquait, l’outil technologique de support. Aujourd’hui, avec NeurInfo, l’INRIA, l’Inserm, l’université de Rennes 1, l’Europe, l’État et les collectivités bretonnes (région Bretagne, département, Rennes Métropole) ont comblé ce vide, grâce à des financements alloués dans le cadre du CPER et du FEDER.

NeurInfo est le résultat d’une collaboration harmonieuse entre un nombre remarquable d’institutions. Comme preuve, sept personnalités sont venues saluer l’inauguration de la plate-forme : le président Guy Cathelineau, Michel Cosnard, président directeur général de l’INRIA, Jacques Grassi, directeur de l’institut technologies pour la santé – Inserm, Daniel Delaveau, président de Rennes Métropole et du conseil d’administration du CHU de Rennes, Jean Normand, vice-président du conseil général d’Ille-et-Vilaine, Jean-Yves Le Drian, président de la région Bretagne et Jean-Marie Haussonne, délégué régional à la recherche et à la technologie, représentant le préfet de la région Bretagne.

NeurInfo réunit tous les acteurs de la neuro-imagerie. Médecins, cliniciens, biologistes, ingénieurs et chercheurs en informatique vont y travailler main dans la main pour faire le lien entre la recherche méthodologique et la recherche clinique. « Il faut réfléchir aux protocoles d’imagerie en amont », explique Christian Barillot, directeur de l’unité mixte VisAGeS (Inserm/INRIA/UR1/CNRS) directement impliquée dans la mise en place de la plate-forme. « L’INRIA, par exemple, sait faire des algorithmes très puissants. Il faut cependant qu’ils soient conçus pour répondre spécifiquement aux besoins cliniques afin d’optimiser au mieux la production et le traitement des données issues de l’imagerie. »

NeurInfo rejoint les plates-formes d’imagerie in-vivo de l’université de Rennes 1. Elle sera complétée par l’arrivée de nouveaux équipements (laboratoires de synthèse de radiopharmaceutiques PET, systèmes de microscopie confocale in-vivo, échographie 3D intra-opératoire, grille informatique pour l’intégration de ressources en neuro-imagerie).
L’ensemble des équipements et des compétences de la plate-forme (une équipe technique d’ingénieurs de recherche est au service des utilisateurs) est ouvert aux chercheurs et médecins, au niveau régional, national et international.

À l’horizon 2015, NeurInfo a l’ambition de constituer un pôle d’excellence dans le domaine du traitement et de la gestion de l’information en imagerie médicale, ainsi qu’en neuroimagerie recherche et clinique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.