Neurosciences : Lille bénéficie d’un plateau technique d’imagerie de dernière génération

Avec deux nouvelles IRM (IRM 3T et IRM des urgences), le CHRU de Lille complète son plateau technique d'imagerie dédié aux neurosciences, améliore la précision des diagnostic et les traitements thérapeutiques. Pour réaliser ces investissements respectivement de 3,124 millions d'euros et 2,2 millions d'euros le CHRU a bénéficié du soutien du Conseil Régional.

Avec deux nouvelles IRM (IRM 3T et IRM des urgences), le CHRU de Lille complète son plateau technique d’imagerie dédié aux neurosciences, améliore la précision des diagnostic et les traitements thérapeutiques. Pour réaliser ces investissements respectivement de 3,124 millions d’euros et 2,2 millions d’euros le CHRU a bénéficié du soutien du Conseil Régional.

Un Imageur à Résonnance Magnétique (IRM) dans le service des urgences de l’hôpital Roger Salengro. Cette technologie intégrée au coeur de l’urgence, permet de réaliser des examens de grande précision et rapidement, ce qui est particulièrement intéressant pour les pathologies neurologiques, telles que les Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) – 70% des demandes. Les autres indications neuroradiologiques concernent les patients admis pour crise convulsive, vertiges, troubles de la conscience, céphalées ou syndrome fébrile avec troubles neurologiques. Certaines indications non neurologiques sont également réalisées sur l’IRM d’urgence, que ce soit en imagerie musculo-squelettique ou en imagerie de la femme et de l’enfant.
La principale attente pour cet IRM dédiée à la médecine d’urgence est évidement un accès rapide à l’examen. « Nous avons un nombre d’admission très important, de l’ordre de 120 000 patients par an, précise le Docteur Goldstein. Avec un tel turnover, il est très important de disposer d’un équipement dédié. Dans beaucoup d’autres établissements, l’activité de l’IRM est une activité programmée. Ce que nous voulions, c’est un accès direct et dédiée ».

Un Imageur à Résonnance Magnétique (IRM) destiné aux travaux de recherche, notamment dans le domaine de la démence et de la cancérologie. Cet équipement doté d’une technologie 3 Tesla (1,5 Tesla pour l’IRM des urgences) permet une imagerie d’une précision encore jamais atteinte au CHRU de Lille (antenne 32 canaux pour l’imagerie de haute résolution, un système de paradigme visuel avec grand champ et suivi oculaire et un système intégré d’IRM fonctionnelle permettant la gestion de la synchronisation entre les acquisitions IRM et le déclenchement des paradigmes). « Le doublement de puissance du champ magnétique améliore la résolution des images et permet la détection de structures anatomiques extrêmement fines et une étude à la fois structurelle, fonctionnelle et métabolique du cerveau » souligne le Pr Leclerc.

Le CHRU de Lille est le premier CHU de France à dédier un équipement IRM de cette définition à la recherche. Une vingtaine de projets concernant principalement la mise au point de nouveaux marqueurs diagnostiques et pronostiques des maladies neurodégénératives et oncologiques (maladie d’Alzheimer, maladie de Parkinson, sclérose en plaques) , neuro-onco-cancérologie et de certaines maladies psychiatriques (schizophrénie) sont déjà déclarés autour de l’IRM 3T. Les patients sont sélectionnés selon des critères cliniques stricts et un protocole d’imagerie particulier permettant des corrélations précises entre clinique et imagerie.

L’effort important consenti par le CHRU pour le développement de ce plateau technique neurosciences a été amplifié grâce à des financements extérieurs, en particulier par la Région Nord / Pas-de-Calais et par l’Union Européenne, dédiés notamment à l’acquisition
d’équipements lourds et à la modernisation du système d’information.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.