En misant sur l’excellence nantaise de l’enseignement et de la recherche autour de la « Santé du futur et industrie du futur », NExT pour « Nantes Excellence Trajectory » entend créer un environnement international stimulant qui attirera les étudiants et les chercheurs talentueux du monde entier. Sous cette nouvelle bannière, les scientifiques nantais engageront des actions pédagogiques innovantes et attractives et noueront des coopérations avec le territoire industriel. 
En misant sur l’excellence nantaise de l’enseignement et de la recherche autour de la « Santé du futur et industrie du futur », NExT pour « Nantes Excellence Trajectory » entend créer un environnement international stimulant qui attirera les étudiants et les chercheurs talentueux du monde entier. Sous cette nouvelle bannière, les scientifiques nantais engageront des actions pédagogiques innovantes et attractives et noueront des coopérations avec le territoire industriel.  
Ce projet réunit l’université de Nantes, l’école Centrale, l’Inserm et le CHU. Ensemble, ils espèrent décrocher le label I-Site [Initiatives science – innovation – territoires – économie] et devenir une référence internationale sur des thématiques santé et industrielles bien précises. En santé dans les biothérapies innovantes, médecine nucléaire et cancer, médecine de précision. En industrie, les secteurs des technologies avancées de production et de l’ingénierie océanique ont été retenus. «  En décloisonnant nos structures, nous conjuguons nos atouts. Ce rapprochement devient d’autant plus nécessaire que s’accroît la place de la technologie dans la médecine et la recherche médicale. » explique Anne Royer-Moës, directeur adjoint à la recherche au CHU de Nantes. 
L’objectif est d’obtenir des financements, entre 9 M€ et 12 M€ pour soutenir le rayonnement de l’université de Nantes et la hisser au palmarès des meilleurs sites mondiaux dans les secteurs choisis. 
Associant une université, une grande école et un organisme de recherche, NExT présente la particularité d’être le seul des huit projets déposés qui soit initié et porté par un CHU. 

En juin 2016, un jury international auditionnait les porteurs de projets dans le cadre d’une présélection. Leur réponse est attendue dans les semaines qui viennent. Si le projet est retenu, un dossier détaillé sera déposé en novembre pour une concrétisation dès la rentrée 2017.

Les nantais croisent les doigts..
http://next-isite.fr/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.