Nice Montréal Québec : Création d’un Espace Partagé de Santé Publique

Signée le 5 octobre 2009, la convention passée entre l'Université de Montréal, l'Institut National de Santé Publique de Québec et l'Université de Nice Sophia Antipolis, la Faculté de Médecine de Nice et le Centre Hospitalier Universitaire de Nice a permis la création d'un Espace Partagé de Santé Publique.

Signée le 5 octobre 2009, la convention passée entre l’Université de Montréal, l’Institut National de Santé Publique de Québec et l’Université de Nice Sophia Antipolis, la Faculté de Médecine de Nice et le Centre Hospitalier Universitaire de Nice a permis la création d’un Espace Partagé de Santé Publique.

Cette initiative unique au monde a été portée par le CHU de Nice depuis 2001 et a suscité l’intérêt des responsables de la Santé Publique au Québec. L’enjeu : établir entre tous les partenaires des liens privilégiés en santé publique afin de promouvoir la Recherche, l’Enseignement, la Formation des médecins et des professionnels de santé.

Reconnu mondialement et particulièrement pour son rôle de précurseur et ses compétences en politique de santé publique, le Québec a été sollicité pour accompagner la structuration du projet d’Espace Partagé de Santé Publique (EPSP) et pour assurer une collaboration universitaire avec les meilleurs dans ce domaine.

Le 5 octobre 2009, le professeur Daniel Benchimol, Adjoint à la Santé, Doyen de la faculté de Médecine de Nice*, Albert Marouani, Président de l’université de Nice Sophia Antipolis, Luc Boileau, Directeur Général de l’institut National de Santé Publique du Québec et Richard Massé, Directeur de l’Ecole de Santé Publique de l’Université de Montréal ont entériné une convention triennale visant à :
– Développer des projets de formation et de recherche,
– Encourager l’organisation de séminaires, colloques et conférences auxquels pourront participer des représentants de chacune des parties,
– Faciliter l’échange de professeurs et chercheurs multidisciplinaires dans le contexte de missions d’enseignement, de formation et de recherche,
– Echanger de l’information, du matériel d’enseignement et de recherche,
– Accueillir les étudiants dans le cadre de stages de formation ou de perfectionnement.

* représentant Christian Estrosi, Ministre chargé de l’Industrie, Maire de Nice, Président de Nice Côte d’Azur, Président du Conseil d’Administration du Centre Hospitalier Universitaire de Nice

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.