Nîmes : bientôt un Institut de Formation aux Métiers de la santé

A Nîmes, les futures infirmières, puéricultrices, auxiliaires de puériculture, et aides-soignants, et les professionnels en formation continue, soit chaque année 520, vont bientôt se retrouver dans un institut flambant neuf. Sa première posée a été posée le 15 octobre 2019, l’occasion pour le CHU d’inscrire ce nouvel institut dans le futur campus hospitalo-universitaire, à proximité des services de soins et de la faculté de médecine Montpellier-Nîmes. Ce nouveau site de 4 615 m2 ouvrira ses portes au 1er semestre 2021, un investissement de 10,75 M€ ! voûte
A Nîmes, les futures infirmières, puéricultrices, auxiliaires de puériculture, et aides-soignants, et les professionnels en formation continue, soit chaque année 520, vont bientôt se retrouver dans un institut flambant neuf. Sa première posée a été posée le 15 octobre 2019, l’occasion pour le CHU d’inscrire ce nouvel institut dans le futur campus hospitalo-universitaire, à proximité des services de soins et de la faculté de médecine Montpellier-Nîmes. Ce nouveau site de 4 615 m2 ouvrira ses portes au 1er semestre 2021, un investissement de 10,75 M€ !
Issu du regroupement de quatre filières des métiers du soin jusqu’alors dispersées sur trois instituts et écoles, le nouvel institut va favoriser les échanges entre les étudiants paramédicaux avec les étudiants en médecine, notamment avec le déploiement d’apprentissages communs comme le service sanitaire associant étudiants en médecine et étudiants infirmiers de même que les exercices de simulation.
Ce nouvel institut est doté des équipements technologiques de haut niveau :
– une « chambre patient » de simulation,
– des cours en visioconférence,
– un accès facilité aux NTIC pour les étudiants,
– un nouvel amphithéâtre divisible en 2 parties, et pouvant accueillir jusqu’à 400 personnes,
– des espaces adaptés (salles de cours etc…), en nombre autant qu’en qualité pour les étudiants,
– un centre de documentation et d’information
L’institut représente aussi la clé de voûte d’une politique de formation harmonisée à l’échelle du Groupement Hospitalier de Territoire Cévennes Gard Camargue et de L’IFMS ALÈS – BAGNOLS avec le développement de compétences spécifiques au sein du GHT, de domaines de mutualisation et d’une culture de l’évaluation partagée. Son projet pédagogique veillera à transmettre non seulement les savoirs et les compétences mais aussi les valeurs soignantes, à savoir, le respect de la personne, la sollicitude, la tolérance, l’honnêteté, l’équité et la responsabilité.
Un financement largement soutenu par les collectivités territoriales
– Mairie : vente du terrain
– Agglomération : 1 Million d’€
– Région : 4 Millions d’€
– Département : 350 000€
– Europe via le FEDER : 1 Million d’€
– Autofinancement : 2,5 Millions d’€ + 1,9 Million € issus de la vente du terrain de l’IFSI

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.