Nîmes certifié au niveau A par la Haute Autorité de Santé (HAS)

La commission de Certification de la HAS a certifié l’établissement au niveau le plus élevé (A), le 7 mai 2019. Cette reconnaissance est le gage du haut niveau de qualité et de sécurité du CHU de Nîmes. C'est aussi le fruit d'un travail continu des équipes qui, grâce à leur engagement, ont pu lever les non conformités et satisfaire aux critères les plus exigeants.

La commission de Certification de la HAS a certifié l’établissement au niveau le plus élevé (A), le 7 mai 2019. Cette reconnaissance est le gage du haut niveau de qualité et de sécurité du CHU de Nîmes. C’est aussi le fruit d’un travail continu des équipes qui, grâce à leur engagement, ont pu lever les non conformités et satisfaire aux critères les plus exigeants.
Le CHU de Nîmes : une démarche de qualité continue
Le CHU de Nîmes avait reçu sept experts visiteurs en mars 2018. 13 processus thématiques avaient été évalués et 12 patients traceurs réalisés. 6 mois plus tard, la HAS avait communiqué le rapport de Certification : le CHUN était certifié avec obligation d’amélioration (affichage d’une cotation C sur le site scope santé). Cette obligation concernait une seule thématique : le « droit des patients » et reposait sur trois « non conformités » observées par les experts-visiteurs, plus particulièrement en secteur fermé de psychiatrie et aux Urgences, en termes de respect de l’intimité, de la confidentialité et de la sécurité des patients.
La concrétisation d’un travail de fond
L’établissement, sans attendre le rapport de Certification, avait déployé plusieurs mesures, organisationnelles, logistiques et techniques pour améliorer les conditions de prise en charge dans les deux secteurs concernés.
Au cours du dernier trimestre 2019 deux audits externes ont été diligentés pour objectiver et conforter les actions engagées : un audit du Groupement Hospitalier de Territoire (GHT) en psychiatrie et une étude organisationnelle aux urgences en partenariat avec l’école des mines d’Alès. Tous ces éléments avaient été adressés à la HAS en février 2019 dans le cadre du compte qualité complémentaire.
« Cette cotation est largement méritée au regard du travail accompli par l’ensemble de la communauté hospitalière qui s’efforce, au quotidien, de prendre en charge le mieux possible les patients et les usagers. Nous remercions l’ensemble du personnel médical, paramédical, administratif, logistique et technique qui a œuvré pour permettre la levée des non conformités afin que le CHU retrouve une certification en A » indique le Pr Jean-Emmanuel de La Coussaye, Président de la commission médicale d’établissement.
« Le CHU de Nîmes est très fier de cette Certification qui récompense la mobilisation des équipes dans la politique de qualité et de sécurité des soins de l’institutionDans la perspective de la prochaine certification HAS qui se déroulera sur le référentiel V2020, il est important que nous maintenions les efforts pour l’amélioration des pratiques et le dynamisme qui nous caractérise. Tout ceci vient d’être reconnu et salué par la Haute Autorité de Santé. C’est une grande satisfaction. Un grand merci à tous les collaborateurs du CHU pour ce travail collectif » s’est réjoui Nicolas Best, Directeur général du CHU de Nîmes.
En savoir plus sur
La Certification d’un établissement de santé est un un gage de qualité et de sécurité des soins. Cette procédure d’évaluation externe d’un établissement de santé est effectuée tous les quatre ans par la Haute autorité de santé (HAS). Les visites de Certification, réalisées par des professionnels de santé (experts-visiteurs médecins, pharmaciens, soignants, directeurs d’hôpital, cadres hospitaliers), ont pour objectif d’évaluer le fonctionnement global d’un établissement en termes de qualité et de sécurité des soins.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.