Nîmes investit dans un centre de chirurgie ambulatoire de 4 salles opératoires

Actes ambulatoires en chirurgie digestive, orthopédique, dentaire, ophtalmologique, urologie, endoscopie... Au CHU de Nîmes, ces interventions sont désormais regroupées sur le tout nouveau Centre Ambulatoire Carémeau Sud (CACS) qui a ouvert ses portes en cette rentrée 2019. Pour le confort de la cinquantaine de patients pris en charge chaque jour en ambulatoire et ceux plus nombreux encore qui demain auront besoin d'une chirurgie mini-invasive, il fallait repenser globalement l'accueil et l'organisation des équipes. La solution : un bâtiment de plain pied blanc et lumineux de 2 200 m² qui abrite 4 salles opératoires où seront réalisés 20% gestes chirurgicaux en plus soit près de 10 000 par an contre 8 300 en 2018. Un investissement de 5,6 millions d'euros.

Actes ambulatoires en chirurgie digestive, orthopédique, dentaire, ophtalmologique, urologie, endoscopie… Au CHU de Nîmes, ces interventions sont désormais regroupées sur le tout nouveau Centre Ambulatoire Carémeau Sud (CACS) qui a ouvert ses portes en cette rentrée 2019. Pour le confort de la cinquantaine de patients pris en charge chaque jour en ambulatoire et ceux plus nombreux encore qui demain auront besoin d’une chirurgie mini-invasive, il fallait repenser globalement l’accueil et l’organisation des équipes. La solution : un bâtiment de plain pied blanc et lumineux de 2 200 m² qui abrite 4 salles opératoires où seront réalisés 20% gestes chirurgicaux en plus soit près de 10 000 par an contre 8 300 en 2018. Un investissement de 5,6 millions d’euros.
Desservi par un dépose-minute et un arrêt de bus, le CACS a été pensé pour que l’entrée soit simple et rapide. Le parcours patient, de 50 mètres tout au plus, s’effectue autour d’un trajet en boucle. Centrée sur la personne opérée, la chirurgie ambulatoire fait appel aux techniques anesthésiques et chirurgicales les plus élaborées afin de permettre aux patients d’être opérés et de rejoindre leur domicile le jour même. Au CHU de Nîmes l’ambulatoire se décline en :
• Chirurgie digestive : Cholécystectomie, Hernie Inguinale sous cœlioscopie,
Pose PAC (DIG)
• Chirurgie orthopédique : Ablation de matériel, Canal carpien, Hallux-valgus
• Urologie : Injection de Botox, Montée et changement sonde JJ, Prostatectomie,
Urétéroscopie
• Chirurgie orale : Dents de sagesse, Implantologie
• Endoscopie : Endoscopie digestive à visée diagnostique
• Ophtalmologie : Cataractes, Vitrectomie
Lors de l’inauguration, Nicolas Best, directeur général a tenu à saluer l’implication de l’ensemble de la communauté médicale et soignante et des équipes administratives et de directions qui ont travaillé dans la plus grande concertation. Il a rappelé que dès son arrivée en décembre 2018, il a souhaité "rendre à ce projet son ambition initiale. Ce projet, avant d’être un projet immobilier, est un projet médical innovant et un projet humain".

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.