Nîmes : une 2ème crèche sur le lieu de travail pour améliorer la qualité de vie

« Améliorer la qualité de vie au travail en aidant les jeunes parents à concilier engagements professionnels et familiaux » Telle est l’ambition du CHU de Nîmes qui vient de créer un nouveau centre multi accueil de 60 places destiné aux enfants de ses personnels médicaux et paramédicaux. Pour mener à bien cette initiative le CHU a confié la gestion de la crèche et du personnel à Vivadom Petite Enfance par délégation de service public (DSP).
« Améliorer la qualité de vie au travail en aidant les jeunes parents à concilier engagements professionnels et familiaux » Telle est l’ambition du CHU de Nîmes qui vient de créer un nouveau centre multi accueil de 60 places destiné aux enfants de ses personnels médicaux et paramédicaux. Pour mener à bien cette initiative le CHU a confié la gestion de la crèche et du personnel à Vivadom Petite Enfance par délégation de service public (DSP).
Implanté sur le campus hospitalo-universitaire Carémeau à Nîmes, ce projet vient compléter l’offre existante de 82 places (dont 27 places en crèche familiale). Cette structure gérée par le CHU ne pouvait plus répondre aux nouvelles demandes de familles qui peinent à trouver un mode d’accueil pour leur enfant, adapté à leurs horaires. 
Grâce à l’ouverture de cette deuxième crèche, les retours de congé maternité/parental se vivront plus simplement, les formalités et les démarches restant limitées. Les parents apprécieront de savoir leur enfant à proximité, dans un lieu sûr et confortable. 
La Caisse d’allocations familiales (CAF) du Gard a donné son accord pour le financement à hauteur de 34 % de l’investissement. Son soutien à la nouvelle structure se manifestera également par le versement de la Prestation de Service Unique (PSU) ; subvention de fonctionnement qui permet, entre autres, de garantir un tarif horaire adapté aux ressources et à la composition familiale des familles dont le(s) enfant(s) fréquenteront cet équipement (selon un barème défini nationalement) et de leur offrir un mode d’accueil pour les enfants, adapté et souple.
Un engagement responsable et écologique
Ce projet satisfait aux exigences de construction durable et bioclimatique en s’inscrivant dans une démarche de haute qualité environnementale, étroitement liée aux valeurs des différents acteurs du projet. 
Un accueil de qualité pour des enfants épanouis et des parents sereins
Les enfants seront réunis au sein de quatre sections, favorisant les petits groupes pour un accueil individualisé. Alimentation, sommeil, activités, soins… tout sera mis en œuvre pour permettre aux tout-petits de grandir et de s’épanouir à leurs rythmes.  
Les chiffres clés
Bâtiment d’environ 700 m² d’une capacité de 60 places
Coût d’investissement : 2 205 800 € financé à 34% par la CAF
Date d’ouverture : septembre 2018
Tarifs : de 0.4 € à 2.9 € de l’heure (selon le barème national de la CNAF)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.