Niveau de certification relevé pour le CHU de Nantes

Bonne nouvelle : la Haute Autorité de Santé (HAS) relève le niveau de certification de l'établissement. Le CHU de Nantes est ainsi certifié en B avec seulement deux recommandations d'amélioration, l'une portant sur la prise en charge médicamenteuse et l'autre sur les droits des patients.

Bonne nouvelle : la Haute Autorité de Santé (HAS) relève le niveau de certification de l’établissement. Le CHU de Nantes est ainsi certifié en B avec seulement deux recommandations d’amélioration, l’une portant sur la prise en charge médicamenteuse et l’autre sur les droits des patients.
"La communauté médicale du CHU de Nantes, avec l’ensemble des professionnels, se réjouit de ce résultat très positif. La certification est un moment fort et exigeant de la vie d’un établissement qui mobilise tout le personnel dans une démarche commune. C’est bien grâce à ce collectif que le résultat est au rendez-vous. Ce rapport contribue aussi à une progression de la qualité des prises en charge en ciblant des points d’amélioration sur lesquels nous nous mobilisons." déclare le Pr Antoine Magnan, président de la commission médicale d’établissement.
"Ce rapport confirme notre positionnement très favorable parmi les établissements de taille équivalente et récompensent les efforts déployés par l’ensemble des professionnels en faveur de l’amélioration de la qualité et de la sécurisation des prises en charge." se félicite Phlippe Sudreau, directeur général.
Accéder au rapport complet.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.