Nodules bénins thyroïdiens: la thermoablation, un traitement révolutionnaire pratiqué à Marseille

21 000 personnes sont opérées d’un nodule thyroïdien bénin chaque année. Une alternative à l’ablation chirurgicale peut désormais être proposée : la thermoablation par radiofréquence. Cette technique élimine très précisément le nodule en le chauffant et épargne le reste de la thyroïde. Les résultats sont très satisfaisants avec un taux de réduction du nodule avoisinant les 90%. Marseille est le seul CHU de France à maîtriser ce traitement également pratiqué dans 2 autres centres français.
21 000 personnes sont opérées d’un nodule thyroïdien bénin chaque année. Une alternative à l’ablation chirurgicale peut désormais être proposée : la thermoablation par radiofréquence. Cette technique élimine très précisément le nodule en le chauffant et épargne le reste de la thyroïde. Les résultats sont très satisfaisants avec un taux de réduction du nodule avoisinant les 90%. Marseille est le seul CHU de France à maîtriser ce traitement également pratiqué dans 2 autres centres français.
Pour proposer cette intervention en complément des traitements conventionnels, le service de chirurgie générale, endocrinienne et métabolique de l’hôpital de la Conception (AP-HM),  dirigé par le Pr Fréderic Sebag spécialisé un de ses chirurgiens endocrinologues. Le Dr Eveline Slotema est allée se former au centre hospitalier de Séoul, en Corée du Sud réputé centre de référence. Elle a par ailleurs suivi une formation pour maitriser l’échographie qui est la technique d’imagerie associée à la thermoablation.  Acte thermoguidé, la thermoablation par radiofréquence utilise une aiguille qui délivre directement et avec une grande précision l’énergie thermique dans le nodule. «On évite au patient un acte invasif pour une pathologie bénigne, ce qui permet de prévenir les effets secondaires. La procédure peut se faire sous anesthésie générale ou locale. Pour les patients pas ou peu  d’arrêt de travail, pas d’hospitalisation, mais surtout il n’y a pas de traitement de substitution hormonale quotidienne et définitive, la L-thyroxine (hormone produite par la thyroïde)» explique le Dr Eveline Slotema.
«Le chirurgien guidé par l’image suit en permanence sur son écran la pointe de l’aiguille ou le faisceau calorifique afin de ne pas endommager les tissus sains. L’élévation de la température au niveau du nodule détruit sa zone centrale ainsi que sa vascularisation périphérique. Ce dernier se résorbe sans avoir la possibilité de regrossir », détaille le Dr Eveline Slotema.
Contre-indication à la thermoablation : la moindre suspicion de cancer 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.