Non, le CHU de La Réunion n’est pas le plus endetté de France !

Tel est le démenti diffusé ce jeudi 10 août, via un communiqué de presse, par Lionel Calenge, Directeur général du CHU de La Réunion. Dans ce document, il est précisé que la dette cumulée du plus jeune des CHU de France s’élève à 242 M€ fin 2016, soit de 2,1 % du budget, et ce sans emprunts toxiques, ce qui place le CHU au 12ème rang des établissements pour son niveau d’endettement*. Les responsables expliquent aussi pourquoi le CHU emprunte, pour investir dans le progrès technique et le confort hôtelier afin de dispenser des soins de qualité aux patients.

Tel est le démenti diffusé ce jeudi 10 août, via un communiqué de presse, par Lionel Calenge, Directeur général du CHU de La Réunion. Dans ce document, il est précisé que la dette cumulée du plus jeune des CHU de France s’élève à 242 M€ fin 2016, soit de 2,1 %  de son budget, sans emprunts toxiques, ce qui place le CHU au 12ème rang des établissements pour son niveau d’endettement*. Les responsables expliquent aussi pourquoi le CHU emprunte, pour investir dans le progrès technique et le confort hôtelier afin de dispenser des soins de qualité aux patients. 
"Contrairement à l’information diffusée par Réunion 1ère, le CHU de La Réunion n’est pas le CHU le plus endetté de France. Comme tous les établissements de santé, le CHU de La Réunion investit pour moderniser son parc immobilier, améliorer les conditions d’accueil et de prise en charge des patients et surtout mettre à niveau son plateau technique biomédical pour répondre aux exigences d’outils d’exploration diagnostique et thérapeutiques modernes et performants.
Cet effort d’investissement permanent se traduit par la définition d’un plan pluriannuel d’investissement (PPI) dont le financement est assuré par l’autofinancement, l’accompagnement financier de l’Etat et le recours à l’emprunt.
Tous les établissements ont ainsi recours à l’emprunt, comme le font les ménages et les entreprises pour répondre à leur besoin de financement long, notamment pour les travaux immobiliers et les équipements. Ainsi, la dette globale cumulée des 32 CHU et CHR français s’établit pour 2016 à près de 11,5milliards d’€.
Le taux d’endettement du CHU devrait être significativement amélioré avec l’aide à l’investissement attendu dans le cadre du dossier COPERMO investissement pour l’opération «Bâtiment central» du CHU Sud. Dans le plan de retour à l’équilibre qui sera présenté en septembre au COPERMO Performance, les arbitrages retenus visent précisément à préserver les capacités d’autofinancement pour poursuivre la nécessaire amélioration de l’offre de soins du CHU à la population de La Réunion."
« La réduction du niveau d’investissement d’un établissement de santé ne peut être la variable d’ajustement de l’équilibre financier. » est-il souligné. 
*Données EPRD 2016 – Source Conférence Nationale des Directeurs Généraux de CHU

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.