Norsims, Normandie Simulation Santé : l’apprentissage robot assisté

Apprentissage technique et humain au plus près de la réalité, la simulation prépare les professionnels médicaux et paramédicaux seuls ou en équipe au traitement optimal du patient. Pour promouvoir cette méthode performante de formation initiale et continue, le CHU de Caen et la Faculté de Médecine de l’Université de Caen Normandie mutualisent leurs moyens et se dotent d’une structure commune : Norsims – Normandie Simulation en Santé, centre de simulation en santé hospitalo-universitaire, ouvert à l’ensemble de la communauté médicale et paramédicale, étudiants ou praticiens.

Apprentissage technique et humain au plus près de la réalité, la simulation prépare les professionnels médicaux et paramédicaux seuls ou en équipe au traitement optimal du patient. Pour promouvoir cette méthode performante de formation initiale et continue, le CHU de Caen et la Faculté de Médecine de l’Université de Caen Normandie mutualisent leurs moyens et se dotent d’une structure commune : Norsims – Normandie Simulation en Santé, centre de simulation en santé hospitalo-universitaire, ouvert à l’ensemble de la communauté médicale et paramédicale, étudiants ou praticiens.  De forme juridique Groupement d’intérêt Scientifique (GIS), ce projet bénéficie du soutien de l’ARS qui lui alloue un financement depuis 2 ans.
La simulation en santé : « jamais la première fois sur le patient ! »
Le geste qui sauve ne s’improvise pas, il s’apprend. La simulation l’enseigne sur un mannequin hyperréaliste piloté par ordinateur.  Les situations cliniques ou environnements de soins techniques sont reproduits grâce à la réalité virtuelle, sur un patient standardisé.

Une approche particulièrement intéressante pour la formation d’équipes pluri-professionnelle. Confrontées  à des exercices grandeur nature, elles revoient les procédures diagnostiques et thérapeutiques. Elles s’habituent à prendre les bonnes décisions. Concrètement, au cours d’un exercice mené au sein de Norsims,  comme par exemple une opération sur un mannequin de simulation, l’ordinateur va déclencher « simuler » une crise complexe ou non, concernant un problème matériel, médical ou de gestion de l’équipe, auquel les professionnels ou étudiants présents devront faire face. Dans cet enseignement, le débriefing a toute sa place. Il donne son sens à l’épreuve et est indispensable à la validation des connaissances et compétences acquises.
Les sessions sont encadrées par une vingtaine de professionnels du CHU de Caen (praticiens, IADE, IBODE, puériculteur, sage-femme) accompagnés d’enseignants hospitalo-universitaires, tous formés à l’enseignement de la simulation en santé et aux techniques de débriefing.

Norsim en détail

Le 17 juillet 2015, le CHU de Caen et l’Université de Caen Normandie ont créé Norsims afin d’offrir aux professionnels et futurs professionnels de santé bas-normands, et au-delà, une formation par la simulation des plus complètes par la simulation. Cet enseignement pratique porte sur de multiples situations (simples ou complexes, fréquentes ou rares) dans de nombreux domaines de la santé
Objectifs de Norsims
assurer la formation continue des professionnels de santé (médicaux et paramédicaux) notamment dans le cadre du Développement Professionnel Continu (DPC)
– assurer la formation initiale des étudiants en médecine, des élèves de l’école de sagefemme et des écoles paramédicales du CHU de Caen
– assurer la formation de formateurs en simulation dans le cadre du DPC
– mutualiser des moyens humains et matériels en simulation
– favoriser les recherches et la production scientifique dans le domaine de la simulation en santé
Les disciplines impliquées
Anesthésie- Réanimation, Gynécologie- Obstétrique, Pédiatrie, Néonatalogie, Gastroentérologie, Médecine d’urgence, Radiologie, Cardiologie, Psychiatrie…..
Les enseignements proposés
L’enseignement par simulation constitue une innovation pédagogique et technologique. Elle fait appel à différentes modalités :
– simulation basse-fidélité (apprentissage de gestes techniques et de procédures simples),
– simulation procédurale (apprentissage de procédures complexes, possiblement en équipe),
– simulation haute-fidélité (apprentissage global de gestion de situations cliniques complètes en équipe),
– patient simulé (apprentissage du relationnel et de la conduite d’entretiens),
– simulation informatique (apprentissage de raisonnements complexes).
Les équipements de Norsims
Répartis sur deux sites, au sein du CHU de Caen et du Pôle des Formations et de Recherche en Santé (PFRS), Norsims disposera dès l’automne…

Sur la Tour Côte de Nacre (actuellement situés au niveau 6, les installations intégreront de nouveaux locaux spécialement aménagés au niveau 3 à l’automne)
– 4 salles simulation Haute-Fidélité
– 2 salles de débriefing
– 1 salle de conférence
– 1 secrétariat
Soit 280 m2, équipés de :
– 1 Simulateur d’échographie
– 1 SimMan Essentiel (mannequin de simulation homme)
– 1 SimMom (mannequin de simulation femme enceinte)
– 1 SimJunior (mannequin de simulation enfant)
– 1 SimNewBorn (mannequin de simulation nouveau-né)
– 1 Système Audio Vidéo Centre
Sur le PFRS
– Salle Simulation Basse-Fidélité 1
– Salle Simulation Basse-Fidélité 2
– Salle de Débriefing
– Régie
Soit 134 m2, équipés de :
– 1 SimMan Essentiel (mannequin de simulation homme)
– 1 SimJunior (mannequin de simulation enfant)
– 1 SimNewBorn (mannequin de simulation nouveau-né)
La formation initiale et la formation continue
L’action de formation du GIS comporte deux axes principaux :
La formation initiale s’adresse aux étudiants de la Faculté de Médecine de l’Université de Caen Basse-Normandie, de l’école sage-femme et des écoles paramédicales du CHU de Caen (IADE – infirmier(e) anesthésiste, IBODE – infirmier(e) de bloc opératoire, puériculteur(trice)). La formation continue s’adresse aux professionnels de santé (médicaux et paramédicaux) du CHU de Caen et des structures de soins publiques et privées de la région Normandie et d’autres régions.
La valorisation de la recherche
Le GIS développe également trois axes de recherche scientifiques :
– sur les technologies liées à la simulation et aux simulateurs, en collaborations avec l’ENSI Caen, le CIREVE et des entreprises de technologies du numérique de la région.
– sur les facteurs humains observés en simulation, en collaboration avec les équipes universitaires de sciences humaines et de physiologie.
– sur l’impact de la simulation sur l’apprentissage et les pratiques cliniques, en collaboration avec les services cliniques du CHU de Caen.
Ces axes de recherche font l’objet de collaborations avec d’autres centres de simulation français et
étrangers.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.