Notre cerveau nous trompe !

On lui doit la conscience de soi, la capacité à communiquer, à distinguer la réalité du rêve, à interpréter, à créer … le cerveau est un organe fascinant mais il a ses limites. Il peut être le siège d’hallucinations, de visions, il lui arrive ausi de se laisser prendre au jeu des illusions audio-visuelles et de fausser notre jugement. Quand et comment nous trompe-t-il ? Réponses à Grenoble, du 12 au 18 mars, durant l’édition 2012 de la semaine du cerveau qui réunira scientifiques du CHU et des laboratoires de recheche, prestidigitateurs, plasticiens et spécialistes du marketing…

On lui doit la conscience de soi, la capacité à communiquer, à distinguer la réalité du rêve, à interpréter, à créer … le cerveau est un organe fascinant mais il a ses limites. Il peut être le siège d’hallucinations, de visions, il lui arrive ausi de se laisser prendre au jeu des illusions audio-visuelles et de fausser notre jugement.  Quand et comment nous trompe-t-il ? Réponses à Grenoble,  du 12  au 18 mars, durant l’édition 2012 de la semaine du cerveau qui réunira scientifiques du CHU et des laboratoires de recheche, prestidigitateurs, plasticiens et spécialistes du marketing…
Les neuroscientifiques rappelleront les étonnantes aptitudes du cerveau et insisteront  aussi sur ses points faibles et même sur son manque de fabilité. Quant aux artistes, ils ont eu carte blanche pour illustrer leurs démonstrations et explorer librement le vaste champ des  hallucinations et des effets d’optique dans leurs tableaux spectacles.
Au programme, conférences, débats, projections, expositions et ateliers organisés dans toute l’agglomération. Spécial scolaires : des ateliers pour expérimenter les leurres qui piègent notre cerveau.

Implication de la communauté scientifique
Les chercheurs de l’institut des Neurosciences de Grenoble (GIN), du Laboratoire de de psychologie et de neurocognition (LPNC), du Laboratoire Grenoble Images Parole Signal Automatique (Gipsa-Lab), du Laboratoire de Psychologie sociale personnalité, cognition, changement Social (LIP/PC2S) de Grenoble ont pris part à l’organisation et l’animation de cet événement.
La société des neurosciences coordonne la semaine du cerveau
En France, cette manifestation internationale est organisée simultanément dans plus de 23 villes et a pour but de sensibiliser le grand public à l’importance de la recherche sur le cerveau. C’est l’occasion pour de nombreux chercheurs, médecins et étudiants bénévoles de rencontrer le public et de partager avec lui les avancées obtenues dans les laboratoires de recherche en Neurosciences, d’en présenter les enjeux pour la connaissance du cerveau, et les implications pour notre société.
Pour cette manifestation, la Société des Neurosciences est partenaire de l’European Dana Alliance for the Brain (EDAB) et de la Fédération pour la Recherche sur le Cerveau (FRC). Cette dernière regroupe les principales associations de patients atteints de maladies cérébrales. La FRC participe chaque année au financement de nombreux programmes de recherche sur les maladies neurologiques et psychiatriques, en particulier grâce aux fruits du Neurodon.
Télécharger le programme complet (pdf – 2 Mo)

Pour en savoir plus : www.semaineducerveau.fr/grenoble

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.