« Nourrir c’est soigner » 3ème journée nutrition et restauration

L'alimentation est un défi pour les hôpitaux. Il s'agit non seulement de nourrir pour contrer le risque de dénutrition si fréquent et si lourd de conséquences pour l'ensemble des malades mais également de restaurer. Pour sensibiliser l'ensemble du personnel à cette grande cause, des Journées Régionales de Nutrition et de Restauration à l'Hôpital sont organisées. Les dernières ont eu lieu jeudi 21 janvier 2010 à Strasbourg et ont réuni médecins et para-médicaux, agents de service qui assurent la distribution des repas, mais aussi ceux qui restent habituellement derrière les fourneaux et ceux qui travaillent dans les services économiques.

L’alimentation est un défi pour les hôpitaux. Il s’agit non seulement de nourrir pour contrer le risque de dénutrition si fréquent et si lourd de conséquences pour l’ensemble des malades mais également de restaurer. Pour sensibiliser l’ensemble du personnel à cette grande cause, des Journées Régionales de Nutrition et de Restauration à l’Hôpital sont organisées. Les dernières ont eu lieu jeudi 21 janvier 2010 à Strasbourg et ont réuni médecins et para-médicaux, agents de service qui assurent la distribution des repas, mais aussi ceux qui restent habituellement derrière les fourneaux et ceux qui travaillent dans les services économiques.

Dans une conférence magistrale, le Professeur Xavier HEBUTERNE, président de la Société Française de Nutrition Entérale et Parentérale, a rappelé l’impérieuse nécessité de reconnaître la dénutrition parmi les malades hospitalisés, tant sont grands les enjeux thérapeutiques et économiques. En effet l’alimentation, déterminant majeur de santé, est devenue un soin à part entière.

Les professionnels pouvaient suivre des ateliers consacrés à l’éducation nutritionnelle, à l’amélioration du diagnostic nutritionnel, à l’alimentation en fin de vie et au « bien manger à moindre coût », objectif qui prend tout son sens en ces temps de difficultés économiques.

L’après-midi était consacré à un partage d’expérience entre hôpitaux de la région. Une conférence de Madame C. DURAND sur le refus de la nourriture et la problématique psychologique de l’alimentation a conclu la journée.

Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg ont mis en place une politique d’identification précoce de la dénutrition grâce à une vigilance nutritionnelle à laquelle sont associés l’ensemble des soignants. Des efforts particuliers sont faits pour améliorer au quotidien la qualité de la restauration et la prise en charge nutritionnelle des malades. Ces 3èmes rencontre ont contribué à la mobilisation de tous.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.