Nouveau centre d’imagerie interventionnelle

Radiologie et cardiologie interventionnelles, rythmologie, endoscopies digestives et pneumologiques... Le champ des applications de l'imagerie interventionnelle ne cesse de s’étendre. Pour suivre dans les meilleures conditions la progression de cette activité phare qui représente 28 000 interventions par an, le CHU de Nîmes vient d'inaugurer un centre ambulatoire ouvert 24h/24 et 7j/7.

Radiologie et cardiologie interventionnelles, rythmologie, endoscopies digestives et pneumologiques…  Le champ des applications de l’imagerie interventionnelle ne cesse de s’étendre. Pour suivre dans les meilleures conditions la progression de cette activité phare qui représente 28 000 interventions par an, le CHU de Nîmes vient d’inaugurer un centre ambulatoire ouvert 24h/24 et 7j/7. Les actes médicaux invasifs de diagnostic et/ou de traitement réalisés sous guidage et sous contrôle d’imagerie (RX, Ultrasons, Scanner, IRM) vont se dérouler au sein d’un environnement de type bloc opératoire. Au-delà des qualités architecturales de ce plateau d’imagerie futuriste dont les travaux et les équipements représentent un investissement de 3 700 000 euros, le CHU souligne les synergies publiques privées et notamment l’astreinte assurée en partenariat avec les radiologues libéraux afin de traiter les patients même arrivés en urgence.
Une alternative aux traitements chirurgicaux classiques
Simples ou complexes, les techniques guidées par imagerie ne nécessitent que des micro-ouvertures via des abords transcutanés ne laissant pas de trace de cicatrice. Pour le patient, les procédures sont plus simples, plus rapides, moins gênantes pour le patient, moins risquées, elles peuvent être itératives ou progressives.
A côté des techniques vasculaires bien connues, les actes de prise en charge de la douleur (infiltrations), de destructions tumorales (radiofréquence, cryothérapie, micro-onde), et de reconstructions osseuses (cimentoplasties, kyphoplastie…) sont les prochains développements de l’imagerie interventionnelle.
Le centre comprend 7 espaces spécialisés doté d’appareils de dernière génération:
– une salle équipée d’un appareil de radiographie numérisée avec arceau spécialisé pour la coronarographie et les interventions cardiaques avec possibilité d’échographie cardiovasculaire
– une salle équipée d’un appareil de radiographie numérisée avec arceau spécialisé pour la rythmologie (explorations, interventions et pose de pace maker, défibrillateurs) avec possibilité d’échographie cardiovasculaire
– une salle équipée d’un appareil de radiographie numérisée avec arceau spécialisé pour la radiologie interventionnelle avec module 3D afin d’optimiser les gestes interventionnels vasculaires, osseux et viscéraux, avec possibilité d’échographie vasculaire et viscérale
– une salle équipée d’une table télécommandée de radiologie numérisée, d’une échographie endoscopique et d’une colonne de vidéoscopie, pour des interventions digestives par les voies digestives mais aussi pour des actes de radiologie interventionnelle
– une salle équipée d’une colonne de vidéoscopie pour la réalisation d’intervention par les voies naturelles digestives et pneumologiques, adossée à une salle de décontamination dernière génération – une salle de SSPI (soins de suite postinterventionnels) avec 6 places de surveillance permettant aussi de prendre en charge des échographies transoesophagiennes et de faire des chocs électriques externes
– une salle de préparation et d’hôpital de jour L’astreinte de radiologie interventionnelle est réalisée en collaboration avec les partenaires privés.
Les atouts du centre d’imagerie interventionnelle
– Des protocoles multidisciplinaires et une organisation rigoureuse
– Une équipe soignante pluri-professionnelle
-La disponibilité de toutes les techniques d’anesthésie y compris l’hypnose, l’hypno analgésie ou d’hypnosédation
– Des équipements de dernières générations ; technologies de pointe
– La flexibilité dans la prise en charge par rapport aux besoins des malades
– la collaboration public/privé (astreinte de radiologie interventionnelle)
– Les liens avec la médecine et la chirurgie
– L’ambulatoire : Hôpital de Jour ou en externe

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.