Nouveau Centre d’Investigation Clinique en Biothérapie CHRU-Inserm

Déjà reconnu pour la diversité des protocoles thérapeutiques et pour le haut niveau d'assurance qualité de son unité de thérapie cellulaire et génique, Montpellier franchit une seconde étape vers l'excellence de la recherche avec la création du Centre d'Investigation Clinique en Biothérapie. Coordonné par les Professeurs Bernard KLEIN et Jean-François ROSSI, le centre a pour médecin délégué le Docteur Marion BAUDARD. Il bénéficie d'un soutien financier important de l'Association Française contre les Myopathies.

Déjà reconnu pour la diversité des protocoles thérapeutiques et pour le haut niveau d’assurance qualité de son unité de thérapie cellulaire et génique, Montpellier franchit une seconde étape vers l’excellence de la recherche avec la création au premier trimestre 2006 du Centre d’Investigation Clinique en Biothérapie. Coordonné par les Professeurs Bernard KLEIN et Jean-François ROSSI, le centre a pour médecin délégué le Docteur Marion BAUDARD. Il bénéficie d’un soutien financier important de l’Association Française contre les Myopathies.

Les missions du Centre d’Investigation Clinique en Biothérapie de Montpellier
Structurer la chaîne complète de biothérapie dans les établissements de soins de la Région. Ces essais nécessitent une organisation rigoureuse de la chaîne complète allant du prélèvement, la transformation des cellules en laboratoire, jusqu’à l’injection des cellules au patient.
Faciliter le développement des protocoles thérapeutiques en biothérapie. La thérapie cellulaire et génique est très réglementée sur un plan national et européen, et nécessite l’établissement de dossiers biologiques et cliniques complexes expertisés par le comité national de thérapie cellulaire et génique de l’Afssaps. Le Centre d’Investigation Clinique en biothérapie a pour mission d’aider les services cliniques et biologiques à construire ces dossiers d’autorisation.
Mener une veille scientifique et médicale pour stimuler le développement de nouveaux essais thérapeutiques. Le domaine des thérapies cellulaire et génique est en pleine évolution. La mission des coordonnateurs et du conseil scientifique et médical du Centre d’Investigation Clinique en Biothérapie est d’élaborer une stratégie concertée de développement des biothérapies dans notre région.
L’activité de ce CIC en biothérapie sera étroitement coordonnée à celle du CIC pluridisciplinaire dirigé par le Professeur Pierre PETIT. Il a vocation à s’intégrer au réseau national des CIC et au réseau européen ECRIN (European Clinical Research Infrastructures Network).

Un soutien financier de l’AFM, grâce au Téléthon
Grâce aux dons du Téléthon, l’Association Française contre les Myopathies apporte son soutien financier au Centre d’Investigation Clinique en Biothérapie de Montpellier, à hauteur de 46 000 Euros par an pendant quatre ans. Les recherches qui y seront menées répondent en effet à la stratégie que l’AFM s’est fixée, depuis le premier Téléthon en 1987, la mise au point des nouvelles thérapies issues des connaissances des gènes et des cellules.

L’Inserm
L’Inserm est le seul organisme public français entièrement dédié à la recherche biologique, médicale et en santé des populations. Ses chercheurs ont pour vocation l’étude de toutes les maladies humaines, des plus fréquentes aux plus rares. En Languedoc-Roussillon, il regroupe plus de 850 personnes dans 14 laboratoires, 5 jeunes équipes Avenir, 2 CIC, implantés le plus souvent au sein du CHRU ou dans les universités.

Le CHRU de Montpellier « fort chercheur »
L’activité des équipes de recherche du CHRU lui vaut une réelle reconnaissance scientifique. Elle lui procure aussi 13,5 % de son budget.
La prochaine étape sera la construction de l’Institut de Recherche en Biothérapie associant des laboratoires de recherche fondamentaux, des laboratoires de recherche de transfert du CHRU et des compagnies privées rassemblées autour de plates-formes technologiques. Cet Institut de Biothérapie financé par le CHRU de Montpellier, l’Inserm, la Région Languedoc Roussillon, la Communauté d’Agglomération de Montpellier et l’Association Française contre les Myopathies sera opérationnel en 2007. Il doit permettre d’intégrer une recherche fondamentale au sein du CHRU de Montpellier et de favoriser les synergies de réflexion entre scientifiques et médecins pour créer des cellules médicaments ou des médicaments biologiques.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.