Nouveau CHU, nouveau site web, nouvelle proximité avec les patients

Après l’ouverture de son nouveau site au Sud de la ville fin 2014, le CHU Amiens-Picardie poursuit sa modernisation par l’intégration des outils numériques. Pour simplifier la quête d’information et les formalités, le CHU a lancé une nouvelle version de son site internet www.chu-amiens.fr avec possibilité de payer en ligne.

Après l’ouverture de son nouveau site au Sud de la ville fin 2014, le CHU Amiens-Picardie poursuit sa modernisation par l’intégration des outils numériques. Pour simplifier la quête d’information et les formalités administratives, le CHU a lancé une nouvelle version de www.chu-amiens.fr avec possibilité de payer en ligne.
Sur la page d’accueil des renseignements pratiques organisés par grandes catégories de publics : patients et visiteurs, étudiants, professionnels et chercheurs, une actualité qui défile, l’accès à l’annuaire, à l’agenda et aux plans d’accès.
Visitez www.chu-amiens.fr
Et à suivre @CHUAmiensPicardie

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.