Nouveau Plateau Technique : le CHUGA construit l’hôpital de demain

Le Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes a organisé une cérémonie de pose de la première pierre de son futur Nouveau Plateau Technique : un événement emblématique de l'entrée de l'établissement public de santé grenoblois dans la nouvelle ère de la médecine des 4 P, Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative. Un investissement de 60 millions d'euros.

Le Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes a organisé une cérémonie de pose de la première pierre de son futur Nouveau Plateau Technique : un événement emblématique de l’entrée de l’établissement public de santé grenoblois dans la nouvelle ère de la médecine des 4 P,  Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative. Un investissement de 60 millions d’euros.
Bâtir une médecine plus moderne, plus personnalisée, optimisée grâce aux technologies de pointe et aux dernières innovations. Telle est l’ambition affichée du Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes (CHUGA) qui entre aujourd’hui dans une nouvelle ère. Les grands travaux de modernisation vont considérablement transformer les différents sites du CHUGA, tant dans leur dimension architecturale que dans leur fonctionnement au quotidien. A l’image du Nouveau Plateau Technique (NPT) : un bâtiment ultra performant dédié aux urgences et aux réanimations livré fin 2019 et dont la pose de la première pierre a eu ce lieu ce vendredi 22 septembre.
« Ensemble, nous construisons aujourd’hui une nouvelle page de l’histoire du CHU Grenoble Alpes.» La phrase est signée Jacqueline Hubert, directeur général du CHUGA, à l’occasion de la cérémonie de la pose de la première pierre du Nouveau plateau Technique ce vendredi 22 septembre : un événement marquant qui s’inscrit dans le cadre de l’ambitieux chantier de modernisation de l’établissement public de santé grenoblois. 
Et si d’importants travaux sont prévus jusqu’en 2023, le Centre Hospitalier Universitaire rappelle qu’il maintient l’ensemble de ses ctivités d’hospitalisation et de consultation en étant au service de toute la population de l’arc alpin, 24 h/24 et 7/7.

Le Nouveau Plateau Technique (NPT)

Ce futur bâtiment (12 000 m2  répartis sur 5 niveaux) regroupera le service d’accueil des urgences, les réanimations, les unités de surveillance continue chirurgicales et médicales et l’hélistation en toiture.  Le NPT permettra une prise en charge des urgences optimisée pour l’établissement de référence et de recours des hôpitaux de l’arc alpin, un bassin de vie accueillant 2 millions de personnes.
Situé au cœur des Alpes, le CHUGA possède une expertise reconnue sur le plan national et international en traumatologie. Particulièrement sollicité en été comme en hiver du fait de l’accidentologie montagne, l’établissement public de santé a mis en place une organisation unique en France. Il dispose ainsi de deux structures dédiées spécifiquement aux urgences traumatologiques : le service des urgences traumatologiques pour les traumatismes simples et le déchocage pour les urgences graves : trauma center. 
Avec près de 230 000 cas traités par le SAMU, plus de 100 000 passages aux urgences, près de 5 000 interventions au bloc opératoire d’urgence, près 2 000 sorties héliportées et plus de 1 000 déchocages par an en moyenne,  le CHUGA est le centre de référence du réseau de soins en traumatologie de l’arc Alpin.
En proximité immédiate des blocs opératoires, et tout particulièrement du bloc central des urgences le Trauma Center de Grenoble est le 1er Trauma Center de France selon le classement du Point 2017. 
Soucieux de maintenir ce niveau d’excellence et d’améliorer encore la prise en charge des patients, le CHUGA s’engage aujourd’hui dans la construction de ce Nouveau Plateau Technique qui verra le jour fin 2019.  Plus grand, plus moderne et encore plus accessible, le Nouveau Plateau Technique du CHUGA permettra à l’établissement public de santé de renforcer sa filière urgence vitale, déjà à la pointe.
Le coût de cette opération s’élève à 60 millions €. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.