Nouveau : une maison d’accueil périscolaire pour les enfants du personnel

Trouver une formule de garde pour les foyers modestes ou pour les parents qui travaillent en horaires décalés. La maison d'accueil périscolaire du CHU de Poitiers apporte une solution de proximité appréciée par les familles. Ouverte en janvier 2014 et inaugurée le 13 octobre, la maison reçoit chaque jour une vingtaine d'enfants âgés de 6 à 11 ans et emploie sept agents.

 Trouver une formule de garde pour les foyers modestes ou pour les parents qui travaillent en horaires décalés. La maison d’accueil périscolaire du CHU de Poitiers apporte une solution de proximité appréciée par les familles. Ouverte en janvier 2014 et inaugurée le 13 octobre, la maison reçoit chaque jour une vingtaine d’enfants âgés de 6 à 11 ans et emploie sept agents.
 
 Le séjour de la maison transformé en salle de jeu – CHU de Poitiers 
Scolarisés à Poitiers ou dans les communes limitrophes, les élèves viennent soit le matin entre 6 h 30 et 8 h 30, soit le soir entre 18 h 30 et 22 h, selon les horaires du parent, du lundi au vendredi. Les déplacements de la maison d’accueil aux écoles sont assurés grâce à un partenariat avec la Mutuelle des Hôpitaux de la Vienne qui a mis à disposition un véhicule et fournit le carburant. La participation demandée aux parents est de 3 €/h pour financer les repas et les charges (eau et chauffage). 
 Comme à la maison
"Le soir les enfants prennent une collation puis nous les aidons à faire leurs devoirs. Ensuite, ils prennent une douche, dinent et jouent avant que leur parents viennent les chercher. Ils peuvent aussi se reposer dans les deux chambres que compte la maison. » détaille Muriel Séville. Après 35 ans de carrière au CHU, cette auxiliaire puéricultrice devenue infirmière puéricultrice a découvert une nouvelle facette de son métier en s’investissant dans cette nouvelle structure.
Une solution collective à des problèmes singuliers
« Ce projet totalement innovant et unique dans les hôpitaux français est né de l’envie de travailler, a souligné Séverine Masson, directrice générale adjointe du CHU, qui a mis en oeuvre cette idée dès juillet 2013. L’envie de travailler des parents mais aussi celle des aides-soignantes et infirmières qui ne pouvaient plus pratiquer leur métier à cause de la maladie ou d’un accident et qui ont trouvé là un emploi correspondant à leurs attentes. C’est une solution collective à des problèmes singuliers.
L’initiative poiteveine a été distinguée par un trophée de l’innovation en ressources humaines décerné par la Fédération hospitalière de France et la MNH lors des Rencontres RH de la santé fin septembre . Ce prix récompense les actions innovantes initiées par les établissements en matière de ressources humaines.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.