Nouvel Hôpital Femme-Mère-Enfant : une construction optimisée

Nouvel Hôpital Femme-Mère-EnfantLes 3 temps des maternités : regroupement, fusion, construction d'un hôpital femme-mère-enfant. L'opération « sauvetage » de la maternité de l'hôpital Sainte-Croix assurée par le CHR de Metz-Thionville sous l'impulsion de l'Agence Régionale d'Hospitalisation, s'est transformée en un beau projet de construction d'un hôpital femme-mère-enfant de 156 lits et places, qui s'ajuste et s'emboîte au nouvel hôpital de Metz en cours d'édification. Le futur hôpital est dimensionné pour assurer 3 000 accouchements par an. A la clé : une économie de près de 30 millions d'€ grâce à l'optimisation des surfaces et à la mutualisation de certains services avec le Nouvel Hôpital de Metz, tout en conservant une qualité optimale, le montant du projet s'élève à 40 millions d'Euros (projet retenu dans le cadre du plan Hôpital 2007) contre 75 millions d'Euros prévu initialement.
Cliquer pour agrandirLes 3 temps des maternités : regroupement, fusion, construction d’un hôpital femme-mère-enfant. L’opération « sauvetage » de la maternité de l’hôpital Sainte-Croix assurée par le CHR de Metz-Thionville sous l’impulsion de l’Agence Régionale d’Hospitalisation, s’est transformée en un beau projet de construction d’un hôpital femme-mère-enfant de 156 lits et places, qui s’ajuste et s’emboîte au nouvel hôpital de Metz en cours d’édification.
Nouvel Hôpital Femme-Mère-Enfant dimensionné pour assurer 3 000 accouchements par an- ouverture prévue en 2012.

A la clé : une économie de près de 30 millions d’€ grâce à l’optimisation des surfaces et à la mutualisation de certains services avec le Nouvel Hôpital de Metz, tout en conservant une qualité optimale, le montant du projet s’élève à 40 millions d’Euros (projet retenu dans le cadre du plan Hôpital 2007) contre 75 millions d’Euros prévu initialement.

Une construction lancée en conception-réalisation
Comme pour le nouvel hôpital de Metz, en cours de construction, la procédure innovante de conception-réalisation a été retenue. Par ce dispositif, le maître d’ouvrage (le CHR Metz-Thionville) choisit simultanément un groupement entrepreneur concepteur et conclut avec ce groupement un marché unique. Le groupement se voit confier par contrat l’entière responsabilité de concevoir, réaliser, et de mettre en service le bâtiment. Autre avantage : la maîtrise des coûts et du délai de l’opération, et l’intégration des contraintes techniques dès la conception.

Le maître d’ouvrage, suite au jury de sélection, a retenu parmi 5 projets celui du Groupement Demathieu & Bard et AIA Architectes Ingénieurs Associés, répondant le mieux aux critères de qualité fonctionnelle, de valeur technique et qui offrait, de plus, une offre conforme à l’enveloppe budgétaire définie.

Les points forts du projet
Le principe de construction du nouvel hôpital de Metz sur le site de Mercy repose sur un agencement en plots, l’hôpital femme –mère enfant (15 000 m²) constituant « un plot associé » dont les unités vont bénéficier de toutes les fonctionnalités du nouvel hôpital de Metz. Au sein de l’ensemble de ces plots pour le nouvel hôpital comme pour le pôle Femme-Mère-Enfant, l’organisation de la prise en charge des patients est modelisé sur la base de services de 24 lits constitués par deux sous-unités de 12 lits permettant ainsi d’optimiser de développer une organisation plus efficiente sur le plan de l’exploitation.
Le volume de l’hôpital femme-mère-enfant se découpe en trois plots de couleur semblable, lumineuse et scintillante, or, symbolisant la vie.
– Le premier plot, situé à l’Est, regroupe sur les niveaux supérieurs les activités dites
« chaudes » en relation directe avec les plateaux techniques (bloc opératoire, réanimation et imagerie) et les fonctions logistiques (pharmacie, magasin, restaurant du personnel, du Nouvel Hôpital de Metz et services techniques)
– Les deux suivants, situés à l’ouest, accueillent les fonctions de consultation sur les niveaux inférieurs et les hospitalisations dans les étages
Depuis le hall d’entrée, des accès directs et spécifiques sont prévus vers les consultations d’obstétrique et d’anesthésie, le secteur d’Assistance Médicale de Procréation et le centre de planification et d’éducation familiale, ainsi que pour les urgences obstétricales.
Répartis à équidistance des trois plots fonctionnels et à l’écart des flux public, deux noyaux, l’un dédié aux malades couchées et l’autre à la logistique, mettent en relation les différentes entités de l’hôpital Femme-Mère-Enfant.
Les plus : des relations directes et faciles avec le Nouvel hôpital, un approche bioclimatique réglée sur l’éclairage naturel, un confort hôtelier exemplaire avec un espace bébé et une baignoire bébé dans toutes les chambres

Le nouvel hôpital femme-mère-enfant développera des activités de pointe
Une maternité de niveau III pouvant prendre en charge plus de 3000 accouchements
Le Centre d’Assistance Médicale à la Procréation
Le service de Réanimation néonatale et de Néonatologie
Un centre de référence en sénologie grâce au mammotome et aux compétences chirurgicales et médicales
Un centre de référence de diagnostic anténatal et de génétique
Une unité d’adolescents
Un accueil optimal des urgences gynécologiques et obstétricales

Des prises encharge innovantes se mettent en place
Un pôle de référence femme-mère-enfant pour le territoire Nord Lorrain et une coopération renforcée avec la Maternité Régionale et le CHU de Nancy dans le cadre d’une filière graduée
Une Salle de naissances « nature » en complément des sept salles « classiques » pour que les femmes puis accoucher le plus naturellement possible : pas de lit d’accouchement avec étriers mais une baignoire, des ballons, et un lit normal.
Un partenariat renforcé avec les sages-femmes libérales
Des locaux réservés à la Protection Maternelle Infantile et au Centre de Planification et d’Education Familiale (CPEF)
Des actions d’accompagnement des futures mères proposées en lien avec les équipes hospitalières
Un service d’Hospitalisation A Domicile (HAD) pour les parturientes présentant des grossesses à risque et pour les jeunes mères désirant retourner chez elles le plus tôt possible.

Un bref historique
Sous l’impulsion de l’ARH de Lorraine en 2003, le CHR de Metz-Thionville et l’hôpital Sainte-Croix ont créé un Syndicat Inter Hospitalier de néonatalogie permettant de mutualiser les moyens nécessaires à la prise en charge des nouveaux-nés en regroupant les activités sur le site de Sainte Croix.
En 2007, face à une situation budgétaire particulièrement déficitaire de l’Association Sainte Croix (- 6,3 millions d’Euros soit 15% de son budget) confrontée à une situation de quasi-dépôt de bilan, l’Agence Régionale de l’Hospitalisation de Lorraine a demandé au CHR de Metz-Thionville de reprendre la gestion de la structure, et a décidé de transférer au SIH l’ensemble des activités de gynécologie, obstétrique et pédiatrie du CHR et de l’Association Sainte Croix.
En septembre 2008, sous l’impulsion du CHR et dans le cadre d’un projet médical commun aux équipes médicales des deux sites, les activités de gynécologie et d’obstétrique de l’Hôpital Bon Secours, ont été regroupées géographiquement sur le site de Sainte Croix, désormais dénommé Hôpital Maternité de Metz.
Le 1er janvier 2009, le CHR de Metz-Thionville a intégré juridiquement les activités de l’Hôpital-Maternité de Metz, suite à la dissolution de l’Association Sainte Croix et du SIH.

L’ARH de Lorraine a soutenu et accompagné cette opération de regroupement et de fusion menée par le CHR. En effet, malgré la volonté antérieure des autorités de tutelle le regroupement des activités, pourtant de bon sens en terme de tenue de santé publique, n’avait jamais pu être réalisé.
L’ARH de Lorraine a aussi accompagné financièrement l’opération pour « amortir » les impacts financiers de l’intégration dans le budget des comptes de l’Association Sainte Croix, suite à un audit financier externe demandé par le CHR. Ainsi, des crédits non pérennes ont été accordés au CHR en 2009 et 2010 pour soutenir cette opération et permettre le règlement du « passif social » de l’opération (contentieux, RTT des personnels, …)

Pour en savoir plus – lien avec le dossier de presse

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.