Nouvel IRM et ambitieux projet : «L’homme en mouvement»

Un nouvel imageur par résonance magnétique a été inauguré à l'hôpital Sud. Cet appareil est inséré dans un environnement qui fera de l'Hôpital Sud un site dédié à la pathologie de l'appareil locomoteur et où la traumatologie du sport a déjà pris une place de premier plan. La dimension universitaire de cette thématique ainsi rassemblée sur un même site s'inscrit dans un projet de recherche ambitieux dit de «L'homme en mouvement» qui doit permettre à partir de l'étude de l'homme sain ou sportif de déboucher sur des applications à l'homme malade.

Un nouvel imageur par résonance magnétique a été inauguré à l’hôpital Sud. Cet appareil est inséré dans un environnement qui fera de l’Hôpital Sud un site dédié à la pathologie de l’appareil locomoteur et où la traumatologie du sport a déjà pris une place de premier plan. La dimension universitaire de cette thématique ainsi rassemblée sur un même site s’inscrit dans un projet de recherche ambitieux dit de «L’homme en mouvement» qui doit permettre à partir de l’étude de l’homme sain ou sportif de déboucher sur des applications à l’homme malade.

Le service central de radiologie et d’imagerie médicale de l’hôpital Sud a bénéficié d’une rénovation complète de ses équipements avec l’installation du nouvel imageur par résonance magnétique, de deux nouvelles salles de radiologie numérisée, et d’un échographe haut de gamme équipé de sondes hautes fréquences adaptées à l’échographie ostéo-articulaire et musculaire.

Dédié à l’imagerie des articulations, des os et des muscles, l’équipement de «spectroscopie phosphore» de l’IRM de 1.5 Tesla réalise de manière non invasive l’approche du métabolisme musculaire. Cet ensemble technologique très spécifique consacré à l’étude de l’exercice musculaire est un des seuls installés en Europe. L’objectif de cet IRM est également de favoriser l’accueil des patients en consultations externes afin de décharger le site de l’hôpital Nord dont l’orientation vers l’accueil des patients hospitalisés est renforcée. L’IRM est également co-utilisé par moitié entre le secteur hospitalier (CHU de Grenoble, CH de Voiron et d’Uriage) et 40 radiologues libéraux.

Ce projet ambitieux qui rassemble les disciplines en charge de l’appareil locomoteur et de sa pathologie du sport à l’hôpital Sud, lui fait retrouver sa vocation initiale dédiée aux Jeux Olympiques de 1968. L’arrivée en 2005 du service de rhumatologie et de cet IRM, puis dans un futur proche du service de rééducation du CMC Les Petites Roches, donne à ce projet une cohérence remarquable et place le CHU de Grenoble dans une position d’exception.

Le plateau technique comportera outre des unités d’hospitalisation de plus de 24 heures de traumatologie, de chirurgie orthopédique, de rhumatologie et de rééducation, une unité d’hospitalisation de jour médico-chirurgicale centrée sur l’appareil locomoteur et un service d’accueil des urgences spécialisé dans la traumatologie sportive, domestique ou de loisirs de l’appareil locomoteur.

Des consultations spécialisées et multi-disciplinaires autour de l’appareil locomoteur permettront une optimisation de la prise en charge du patient. La proximité de l’école de kinésithérapie et ses relations privilégiées avec l’IUP Santé-Kinésithérapie-Sport, son appartenance au CHU de Grenoble et la vocation hospitalo-universitaire des différents protagonistes permettra de développer un pôle d’excellence de soins, enseignement et recherche autour de «L’homme en mouvement» sain et pathologique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.