Nouvel IRM pédiatrique, douce atmosphère pour les enfants soignés

La salle d’examen IRM. Crédits photos : Réseau CHU
Une nouvel IRM a été inaugurée le 11 mai dernier dans les murs de l’hôpital des enfants du Groupe hospitalier Pellegrin (CHU de Bordeaux). Autour de lui, c’est tout un univers décoré et immersif qui a été conçu pour prévenir l’angoisse de l’enfant hospitalisé et de son entourage. Explications sur son rôle et son fonctionnement au sein du bloc pédiatrique.

On longe les couloirs blancs du service d’imagerie pédiatrique jusqu’à arriver à la salle d’IRM. La première rencontre se fait pourtant avec Nati, mascotte au look de un panda roux spationaute qui orne les murs de la salle d’attente. Hôte bienveillant, il se veut à l’image de l’univers galactique qui nous entoure. Car c’est bien une réelle immersion qui attend parents et enfants dès l’entrée de la salle de simulation. Au centre du décor représentant la voie lactée et ses planètes, un IRM factice permet à l’enfant de se préparer à l’examen qui l’attend. Le jeune patient peut ainsi s’évader de l’hospitalisation quelques instants, et s’habituer à l’apparence d’un IRM, appareil impressionnant et peu confortable, sans trop d’angoisse. 

Simulateur de l’IRM. Crédit photo : Réseau CHU

Une voix guidée et une réduction du bruit de 80%

La salle d’examen est tout aussi dépaysante. Les peintures enveloppent la pièce et les personnes qui s’y trouvent. Au préalable, l’enfant a pu choisir un thème vidéo qu’il visionnera durant l’examen et une musique qui le distraira du bruit sourd provoqué par l’appareil. Un éveil de ses sens qui invite à la rêverie et à la créativité. Le Professeur Jean-FrançoisChateil, chef du service de radiologie et d’imagerie anténatale de l’enfant et de la femme, est à l’initiative de ce projet. Il explique que “tout à été pensé pour que l’enfant se sente en sécurité”. 

En partenariat avec l’industriel Phillips et l’association Petits Princes, c’est cette dernière qui pris en charge la décoration de l’IRM et celle des différentes salles qui composent le parcours. Quant à l’équipement, il permet notamment une réduction du bruit de quatre vingt pour cent. Une voix guidée est intégrée pour accompagner le patient lors des temps d’apnée, de déplacements, et pour l’informer de la durée de l’examen. 

La salle d’examen IRM. Crédits photos : Réseau CHU

Une IRM, imagerie par résonance magnétique, est un examen de radiologie grâce à  un appareil qui émet des ondes électromagnétiques. Ce procédé permet d’obtenir des images de l’intérieur du corps en 2D ou 3D. Dans le cadre de l’IRM pédiatrique, l’appareil est implanté au contact du bloc opératoire afin de faciliter la prise en charge anesthésique de l’enfant. L’examen permet d’examiner différentes pathologies chez l’enfant telles que l’oncologie, l’exploration du système nerveux et de l’appareil digestif, etc.

Pauline Villesuzanne

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.