Nouvelle alliance contre le cancer

Le 2 septembre 2004, Monsieur le professeur Jean Faivre, président de la Fédération nationale de cancérologie des centres hospitaliers régionaux et universitaires (FNC-CHRU), et Monsieur le professeur Thomas Tursz, président de la Fédération nationale des centres régionaux de lutte contre le cancer (FNCLCC), signeront l'Accord cadre relatif à la constitution des Groupements de coopération sanitaire (GCS) en cancérologie, associant CHRU et CRLCC. Ce rapprochement historique se déroulera sous la présidence de Monsieur Couty, directeur de l'hospitalisation et de l'organisation des soins.

Le 2 septembre 2004, Monsieur le professeur Jean Faivre, président de la Fédération nationale de cancérologie des centres hospitaliers régionaux et universitaires (FNC-CHRU), et Monsieur le professeur Thomas Tursz, président de la Fédération nationale des centres régionaux de lutte contre le cancer (FNCLCC), signeront l’Accord cadre relatif à la constitution des Groupements de coopération sanitaire (GCS) en cancérologie, associant CHRU et CRLCC.

Ce rapprochement historique se déroulera sous la présidence de Monsieur Couty, directeur de l’hospitalisation et de l’organisation des soins, de Monsieur Evin, président de la Fédération hospitalière de France, de Monsieur Castel, président de la Conférence des directeurs généraux de CHRU, de Monsieur le professeur Fuentes, président de la Conférence des présidents de commissions médicales d’établissement de CHRU, de Monsieur le professeur Charpentier, président de la Conférence des doyens de faculté de médecine, de Monsieur le professeur Maraninchi, past-president de la FNCLCC, de Monsieur le Professeur Philip, président délégué à l’Europe pour la FNCLCC, de Monsieur Maigne, délégué général de la FNCLCC et des membres du Bureau fédéral, de Messieurs les professeurs Daly-Schveitzer, Bey, Leclercq et Dauplat.

L’Accord cadre national définit les fondements des nouvelles collaborations entre CRLCC et CHRU ; alliances que le Président de la République avait appelées de ses voeux lors de la présentation du « Plan contre le cancer », le 24 mars 2002.

Les groupements de coopération sanitaire s’inscrivent dans le cadre des pôles régionaux de cancérologie, en liaison avec les Fédérations représentatives de la cancérologie (Fédération de cancérologie des centres hospitaliers généraux, FEHAP, UNHPC).

Regrouper forces et expertises dans le cadre de pôles régionaux de cancérologie
L’Accord cadre repose sur la ferme volonté des CHRU et des centres de lutte contre le cancer de mettre en oeuvre un partenariat équilibré et pérenne. Les centres de lutte contre le cancer et les centres hospitaliers régionaux et universitaires constitueront ensemble, en tant que groupements de coopération sanitaire, les noyaux durs des nouveaux pôles de référence et de recours régionaux en cancérologie.
Des centres hospitaliers ou des cliniques hautement spécialisés en cancérologie pourront être associés à ces nouvelles structures.

Coordonner les moyens pour réaliser des projets communs
Les groupements de coopération sanitaire permettront de « dépasser un cloisonnement artificiel » par une organisation collective plus efficiente dont les maîtres mots sont : mise en cohérence des stratégies médicales au travers d’un projet médical commun, développement d’un dossier médical communiquant, harmonisation des pratiques, optimisation du plateau technique et des équipements structurants.
Un atout pour le patient à qui le groupement de coopération sanitaire garantit la même qualité des soins, quelle que soit sa porte d’entrée dans le système de soins.

La formation et la recherche menées par les CHRU et les CRLCC seront mutualisées au sein d’un comité régional d’interface.

Adopter le principe de la parité dans les instances de gouvernance
A la tête du groupement : une Assemblée générale où siègent à parité les représentants des deux partenaires institutionnels. Le groupement peut assurer la gestion directe de moyens ou d’activités par le biais d’un Conseil de gestion spécifique. La représentation des membres au sein de ce conseil est proportionnelle à leur apport.

Dossier de presse 

Accord cadre 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Pour les CHU, le spectre de l’impasse financière

Dans un communiqué rendu public ce lundi 2 octobre, la Conférence des Directeurs Généraux de CHU s’alarme de la mauvaise situation financière des CHU français, imputable selon elle aux surcoûts en termes de ressources humaines et aux effets de l’inflation. Et redoute une dégradation rapide si l’Etat ne fait rien.

A Lyon, l’IA prédit désormais des résultats d’essais cliniques

Le 11 septembre dernier, le groupe pharmaceutique AstraZeneca a publié les résultats d’un essai clinique sur un traitement pour soigner le cancer du poumon. Jusqu’ici, tout paraît à peu près normal. Ce qui l’est moins : trois jours avant cette publication, une intelligence artificielle a permis de prédire avec justesse les résultats de ce même essai. Une grande première au niveau mondial.

Dossier : l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC)

L’Accident Vasculaire Cérébral touche 150 000 personnes par an. Responsable de 110 000 hospitalisations selon le ministère de la santé, cet arrêt soudain de la circulation sanguin à l’intérieur du cerveau représente la troisième cause de décès chez l’homme et deuxième chez la femme, soit au total 30 000 décès par an. En France, plus de 500 000 Français vivent avec des séquelles suite à un AVC.

AVC : la promesse d’une prise en charge en moins de dix minutes

Les conséquences d’un Accident Cardiovasculaire (AVC) peuvent être lourdes, voire fatales. Première cause de dépendance et troisième cause de mortalité en France, cette pathologie due à une mauvaise irrigation du cerveau fait de plus en plus de victimes. Face à cette réalité alarmante, le CHU de Montpellier a annoncé fin août la mise en place d’un nouveau plateau technique offrant aux patients un parcours de soins optimisé. Et de promettre désormais une “prise en charge en neuf minutes”.

Coup d’oeil sur le métier d’infirmière formatrice

Isabelle Teurlay-Nicot est infirmière formatrice auprès des aides-soignants à l’IMS (Institut des Métiers de la Santé) du CHU de Bordeaux. Un métier qui ne se limite pas seulement à la notion d’apprentissage. En juillet dernier, elle a accepté de revenir sur cette profession ou se mêlent expertise médicale et pédagogie.