Les 22 régions métropolitaines ne seront plus que 13 au 1er janvier 2016, réforme territoriale oblige. Ces nouveaux territoires parfois grands comme un pays compteront tous plusieurs CHU*. Ainsi la région Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin, la plus vaste de France avec une superficie de près de 84 000km² identique à celle de l'Autriche, abritera trois CHU, Bordeaux, Limoges, Poitiers.

Les 22 régions métropolitaines ne seront plus que 13 au 1er janvier 2016, réforme territoriale oblige. Ces nouveaux territoires parfois grands comme un pays compteront tous plusieurs CHU*. Ainsi la région Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin, la plus vaste de France avec une superficie de près de 84 000km² identique à celle de l’Autriche, abritera trois CHU, Bordeaux, Limoges, Poitiers. Quant à la région Rhône-Alpes-Auvergne, très vaste elle-aussi avec 69 711 km2, elle comprendra 4 CHU Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon et Saint-Etienne. De même l’Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine réunira 4 établissements d’envergure 3 CHU Nancy, Reims et Strasbourg et 1 CHR, Metz-Thionville.
Quelle sera la conséquence de cette nouvelle géographie sur l’organisation sanitaire ?
Il n’y aura plus que 13 Agence Régionale de Santé en métropole et leur siège ne sera pas forcément celui du chef-lieu régional. Ainsi certaines grandes villes qui ne sont plus capitales régionales demeureront les villes-siège d’ARS comme Caen, Montpellier et Nancy.
Dans les autres régions, la capitale sera aussi siège d’ARS.
Des interrogations ne manqueront pas de surgir : Quid des coopérations historiques alors que les frontières régionales ont bougé ? Comment les CHU vont-ils s’inscrire dans ce territoire élargi ? Quelles synergies seront déployées entre les universités et les CHU d’une même région ?  Les Groupements Hospitaliers de Territoire devront-ils respecter les nouvelles limites administratives des régions fusionnées ? Le patient trouvera-t-il facilement son chemin dans ce nouveau paysage sanitaire ?
C’est autour de ces question que se dessinera l’avenir du service public hospitalier.

Consulter la nouvelle carte des CHU au sein des régions fusionnées

*Avant la réforme, sur les 22 régions métropolitaines, seules 6 comptaient 2 CHU et 1 seule en rassemblait 3 : la Bretagne avec les CHU de Brest et de Rennes, les Pays de la Loire avec Angers et Nantes, la région Centre avec le CHR d’Orléans et le CHU de Tours, le Languedoc-Roussillon avec Montpellier et Nîmes, la Lorraine avec le CHR de Metz-Thionville et le CHU de Nancy, la Provence-Alpes-Côte d’Azur avec l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille et le CHU de Nice. Une seule région rassemblait 3 CHU :  Rhône-Alpes avec les Hospices Civils de Lyon  et les CHU de Grenoble et de Saint-Etienne.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.