Nouvelle communauté hospitalière de territoire dans le Puy-de-Dôme

Le 5 juillet 2011, le CHU de Clermont-Ferrand et les centres hospitaliers de Riom, d’Issoire, de Clémentel d’Enval, du Mont-Dore et de Billom ont officiellement fondé une communauté hospitalière de territoire (CHT) de 3 032 lits et places. Cet ensemble hospitalier public fédère des établissements exerçant des activités différentes et complémentaires, qu’il s’agisse de disciplines universitaires (la neurochirurgie, par exemple) ou d’activités médicales de proximité, sans exclure un volet médico-social important (avec des Etablissements Hébergeant des Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) notamment, mais aussi un Service de Soins Infirmiers A Domicile (SSIAD).

Le 5 juillet 2011, le CHU de Clermont-Ferrand et les centres hospitaliers de Riom, d’Issoire, de Clémentel d’Enval, du Mont-Dore et de Billom ont officiellement fondé une communauté hospitalière de territoire (CHT) de 3 032 lits et places. Cet ensemble hospitalier public fédère des établissements exerçant des activités différentes et complémentaires, qu’il s’agisse de disciplines universitaires (la neurochirurgie, par exemple) ou d’activités médicales de proximité, sans exclure un volet médico-social important (avec des Etablissements Hébergeant des Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) notamment, mais aussi un Service de Soins Infirmiers A Domicile (SSIAD).
Son objectif : faciliter l’accès de tous à des soins de qualité en créant des filières complètes  au sein d’un réseau public d’hôpitaux. Ainsi une personne ayant confirmation de son diagnostic de cancer lors d’un scanner public à Issoire sera adressée aux spécialistes de la discipline, soit sur place (s’ils viennent y exercer) soit au CHU, avec un suivi post intervention qui n’impliquera pas de déplacement car les équipes des deux établissements travailleront de manière coordonnée). Ces complémentarités seront élaborées dans le cadre d’un projet médical commun.

Stratégie de groupe entre hôpitaux publics et bénéfices directs pour la population

Le projet médical de territoire renforce les fédérations existantes : l’imagerie, l’anesthésie, la chirurgie, les soins de suite, les urgences… ou facilitera la création de filières (femmes enceintes, cancérologie avec la coopération du Centre Jean- Perrin, orthopédie). La mutualisation des compétences dans le domaine biomédical constitue également un objectif de coopération. D’autres coordinations seront aussi développée pour gérer et former les personnels médicaux et pour programmer les investissements. Une communication globale accompagnera ces nouvelles organisations et  fera vivre la notion de groupe.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.