Nouvelle étude sur les déserts médicaux en Ile-de-France

L'Observatoire régional de santé d'Île-de-France (ORS ÎdF) publie un rapport sur les déserts médicaux. Entre 2007 et 2016, la région a perdu 18,7 % de ses médecins généralistes libéraux en activité.
L’Observatoire régional de santé d’Île-de-France (ORS ÎdF) publie un rapport sur les déserts médicaux. Entre 2007 et 2016, la région a perdu 18,7 % de ses médecins généralistes libéraux en activité. 
Deux constats ressortent de la lecture du rapport publié par Catherine Mangeney de l’ORS Ile-de-France sur les déserts médicaux régionaux : en premier lieu, les difficultés d’accès aux soins concernent l’ensemble des territoires, urbains et ruraux. Ensuite, les chiffres annoncés sont particulièrement préoccupants alors que les besoins vont croissant sous le triple effet « de l’accroissement de l’espérance de vie, du vieillissement de la population et de l’augmentation des maladies chroniques ». Selon le dernier atlas du Conseil national de l’Ordre des médecins, l’Île-de-France a perdu 18,7 % de ses médecins généralistes libéraux en activité entre 2007 et 2016.
En outre, les habitudes de travail des nouvelles génération qui « n’acceptent plus de faire des journées de 15 heures et d’être disponibles soirs et week-end » conduisent l’ORS à conclure que "la baisse de l’offre libérale de soins de premier recours est d’une ampleur plus importante que la seule baisse des effectifs de médecins."

Face à ce constat, l’Agence régionale de santé d’Île-de-France a publié un nouveau zonage réglementaire identifiant les zones qui pourront prétendre aux aides publiques de lutte contre les déserts médicaux. Selon l’arrêté pris par Christophe Devys, Directeur général de l’ARS-IDF, « ce sont plus de 9,1 millions de Franciliens (soit 76% de la population et 2,5 fois plus qu’auparavant) qui résident dans des territoires éligibles aux aides à l’installation et au maintien des médecins. »

Bonnes pratiques locales. Le rapport de l’ORS dresse aussi un panorama des aides et des actions mises en place pour augmenter l’attractivité médicale du territoire. Et cite en exemple des initiatives de collaboration réussies comme celle du centre de santé de Gennevilliers qui, depuis l’été 2017, » s’est inscrit dans le cadre du projet « médecins partenaires » initié par l’AP-HP et dans lequel se sont déjà engagés près de 1 500 professionnels de ville. Le centre municipal de santé de Gennevilliers sera le premier centre de santé à devenir dans ce cadre « une structure hospitalière avancée de l’AP-HP», écrit Catherine Mangeney.
Le rapport souligne enfin la politique offensive de la Région Île-de-France qui a adopté une stratégie régionale en septembre 2017, avec pour objectif « un véritable choc de simplification dans les dispositifs régionaux pour maintenir les professionnels de santé sur le territoire francilien ».
Hélène Delmotte

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.