Nouvelle gouvernance enfin votée mais les vraies difficultés demeurent

28/04/05 - Paul Castel, Président de la Conférence des Directeurs Généraux de Centres Hospitaliers Universitaires se satisfait de l'ordonnance sur la gouvernance des hôpitaux publics adoptée en Conseil des Ministres mercredi 27 avril ; il tient cependant à rappeler que les vraies difficultés demeurent...

28/05/05 – Paul Castel, Président de la Conférence des Directeurs Généraux de Centres Hospitaliers Universitaires se satisfait de l’ordonnance sur la gouvernance des hôpitaux publics adoptée en Conseil des Ministres mercredi 27 avril ; il tient cependant à rappeler que les vraies difficultés demeurent…

«Ce texte, que nous attendions depuis des mois et qui est en partie issu des propositions que les Directeurs Généraux de CHU avec les Présidents de CME et les Doyens, ont formulé il y a plus de deux ans, va dans le bon sens. Il permettra, en particulier, une plus grande implication des médecins dans un co-pilotage de nos grands établissements, tout en maintenant le rôle très important des Instances et le Directeur Général comme responsable ultime dans les décisions stratégiques.
Ce texte devrait apporter aussi, avec la mise en place des pôles médicaux, un management plus proche du terrain, des besoins des utilisateurs et des patients.
Des décrets ou arrêtés vont devoir préciser les choses, entre autre pour permettre une mise en place d’un intéressement collectif ou individuel, que nous réclamons avec insistance.

Pour autant, les problèmes actuels de l’hôpital public restent posés, en ce qui concerne les difficultés du court et moyen terme :
– incidence du vieillissement de la population sur le fonctionnement des hôpitaux,
– insuffisance de l’organisation de la prise en charge des patients en amont et en aval de l’hospitalisation,
– insuffisance de l’enveloppe budgétaire allouée à l’hôpital public en 2005 malgré les restructurations et efforts de gestion déjà réalisés ou en cours de réalisation par les responsables des CHU : la quasi totalité des CHU ont anticipé cette réforme depuis plusieurs mois. Plusieurs fonctionnent dans le cadre de contrats internes fixant des objectifs médicaux, financiers et qualitatifs aux médecins avec intéressement collectif. Dans le même temps, une politique de réduction des effectifs des services techniques, généraux ou administratifs en direction des services de soins, a été menée et s’amplifie.
– montée en charge de la tarification à l’activité aujourd’hui techniquement inadaptée et posant de très grosses difficultés aux hôpitaux publics ;
– inquiétude quant au financement des ambitieux programmes de modernisation et de restructuration ;
– perturbation du fonctionnement des hôpitaux publics du fait de l’évolution de la démographie médicale et de la réglementation. »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.