Nouvelle gouvernance : pour un hôpital plus proche du patient

« L'organisation et le mode de management du CHU de Montpellier ont été modifiés en profondeur en 2003. Qualité et efficacité sont les deux valeurs qui sous-tendent cette réforme, dont l'idée maîtresse consiste à utiliser les référentiels de I'ANAES comme ossature de la nouvelle organisation transversale du CHU. Quatre départements ont été créés pour remplacer les directions fonctionnelles et les directions d'établissements. » explique Guy Vergnes, Directeur Général

« L’organisation et le mode de management du CHU de Montpellier ont été modifiés en profondeur en 2003. Qualité et efficacité sont les deux valeurs qui sous-tendent cette réforme, dont l’idée maîtresse consiste à utiliser les référentiels de I’ANAES comme ossature de la nouvelle organisation transversale du CHU. Quatre départements ont été créés pour remplacer les directions fonctionnelles et les directions d’établissements. » explique Guy Vergnes, Directeur Général

La Direction Générale du CHU est la première à réorganiser son fonctionnement. La nouvelle logique instaurée lui a permis de déléguer certaines missions pour mieux se recentrer sur les siennes propres. Elle est épaulée par un conseil stratégique et un comité des sages qui participent à l’élaboration de la stratégie du CHU, ainsi que par le Département de l’Information Médicale dont les objectifs sont la mise à disposition d’informations permettant d’éclairer les décisions.
Elle est entourée du service de la Communication qui élabore la politique de communication et s’est adjoint les services du Conseil en organisation qui propose
des solutions à des problématiques transversales.

Le Département de l’Offre de Soins et de la Clientèle (D.O.S.C.) a été créé en octobre 2002. Son objectif est d’améliorer la prise en charge du patient (offre de soins), dans le cadre d’un service rendu global (accès aux soins du client) de qualité.
Les missions de ce département répondent à plusieurs objectifs du nouveau manuel d’accréditation de l’A.N.A.E.S. : la prise en charge du patient déclinée par filière, ainsi que l’évaluation des bonnes pratiques médicales avec indicateurs associés.
L’offre et l’accès aux soins correspondent à l’ensemble des prestations de service effectuées aux fins de satisfaire la demande de santé des patients. Le D.O.S.C. est le correspondant privilégié des pôles d’activité, qui recomposent l’ensemble des activités médicales et médico-techniques dans une logique de filière de prise en charge.

Le Département des Ressources et de l’Ingénierie (D.R.I.) regroupe les anciennes directions fonctionnelles. Créé en octobre 2002, ses missions correspondent à certains chapitres du référentiel « Management et gestion au service du patient » de l’ANAES : Management des secteurs d’activité, Gestion des ressources humaines, Gestion des fonctions logistiques et Gestion du système d’information.
Le DRI mobilise toutes les ressources financières, humaines, logistiques et techniques du CHU au service de ses missions. Il doit garantir la rationalisation des organisations mises en oeuvre en son sein avec le double souci de transversalité dans les réponses apportées et d’efficience – c’est-à-dire le meilleur rapport qualité de service/moyens consommés.

Le Département Qualité et Gestion des Risques (D.Q.G.R.) a pour objectif de prolonger la démarche d’accréditation en inscrivant la qualité dans un processus continu et d’amplifier le dispositif coordonné de gestion des risques. Le CHU de Montpellier possède une culture qualité. Des acquis significatifs sont à valoriser et amplifier : la mesure continue de la satisfaction des usagers,
la mise en place d’une politique de signalement des incidents, le développement de démarches de résolution de problèmes…
Ceci a été possible grâce à la politique soutenue par la Direction Générale, la Commission Médicale d’Etablissement, la Commission de Soins infirmiers, et bien sûr la Délégation Qualité. Cette dernière a initié un travail considérable.
Aujourd’hui la démarche qualité est généralisée à tous les champs d’activité, même les plus complexes et en coordonnant et amplifiant les actions en matière de réduction des risques. Des méthodes existent. Elles doivent être déployées avec pédagogie, dans le cadre d’un dispositif participatif, afin de bénéficier du savoir-faire de chacun.

Le Département Recherche, Relations Internationales, Relations avec l’Université et Affaires juridiques (D.R.LU.J.). Les CHU sont liés aux Facultés de Médecine depuis 1958 par une convention dite « convention de structure » qui doit être signée avec l’Université, siège de l’UFR de Médecine.
Outre ce lien institutionnel obligatoire, des relations de plus en plus étroites s’instaurent avec l’UFR de Médecine et l’Université dans des domaines tels que la Recherche ou la Coopération Internationale. II était donc important que l’organisation de la Direction prenne en compte cette spécificité en créant ce Département qui intègre aussi les Affaires juridiques et la Documentation.
Le D.R.I.U.J a pour mission de mettre en place, en étroite relation avec la Délégation Régionale à la Recherche Clinique , la politique de l’établissement en matière de recherche et de valorisation. Il faut savoir que lus de 900 recherches cliniques se déroulent actuellement au sein du CHU. L’établissement finance et contrôle la recherche quand il est « promoteur », c’est-à-dire lorsqu’il en a l’initiative.
Le D.R.I.U.J. assure ce rôle et gère les conventions avec l’Industrie pharmaceutique et les autres établissements promoteurs de recherche (INSERM, autres CHU, CNRS…). Il développe aussi une politique de dépôt de brevets et de contrats avec des partenaires industriels. Et enfin il coordonne les relations avec les autres organismes impliqués dans la recherche.

Ils ont dit : « La nouvelle gouvernance qui associe étroitement médecins et direction à tous les étages décisionnels est une pierre angulaire de notre volonté commune à la poursuite de l’objectif d’excellence.
La complémentarité des compétences, le rapprochement de la décision des besoins du terrain, la préparation concertée des projets médicaux, la meilleure orientation de moyens vers les objectifs poursuivis sont autant de facteurs de dynamisme et d’efficacité. Voilà notre credo et le sens de l’action de la CME ;
La mise en place des pôles d’activité s’est faite dans la plus grande concertation avec un fil conducteur précis, les besoins du patient.
La même concertation et la même logique continueront à prévaloir à toutes les étapes. Le corps médical du CHU s’engage avec la direction pour faire que l’expérimentation en cours soit une réussite et qu’elle place notre établissement hospitalier sur l’orbite qui doit être la sienne : un établissement de référence qui assure des soins de qualité aux patients les plus difficiles mais aussi sur lequel les autres établissements de la région peuvent s’appuyer. » Pr Bernard Hédon – Président de la CME

« Il était nécessaire de modifier nos modes d’organisation afin de créer un hôpital plus proche du patient et de sa prise en charge.La création des Pôles d’activité entraîneront une modification des relations entre tous les acteurs qui concourent à la prise en charge des malades. Dans ce cadre, chacun se sentira plus impliqué dans la prise de décision et par conséquent plus responsable. »
Guy Vergnes – Directeur Général

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.