Nouvelle installation en médecine physique et réadaptation

Au terme du chantier, qui a débuté le 20 mars 2000, le nouveau pavillon de Médecine Physique et de Réadaptation est entré en fonction sur le site de Bellevue le 18 juin 2002. Conforme aux orientations du Schéma Régional d'Orientation Sanitaire du 30/09/99 cet équipement participe au développement d'une filière de soins et répond aux besoins croissants en matière de Soins de Suite et de Réadaptation (SSR).

Au terme du chantier, qui a débuté le 20 mars 2000, le nouveau pavillon de Médecine Physique et de Réadaptation est entré en fonction sur le site de Bellevue le 18 juin 2002. Conforme aux orientations du Schéma Régional d’Orientation Sanitaire du 30/09/99 cet équipement participe au développement d’une filière de soins et répond aux besoins croissants en matière de Soins de Suite et de Réadaptation (SSR).

Adapter l’offre de soins hospitaliers au niveau régional
La région Rhône-Alpes souffre d’une répartition inégale des lits sur le territoire régional. Ainsi, le secteur 6 , dont le CHU de Saint-Etienne est la tête de réseau, présente un taux d’équipement inférieur aux indices ministériels de besoins.

Des unités de MPR spécialisées
Cette nouvelle installation est la première étape du déploiement MPR au CHU de Saint-Etienne, qui se déclinera par la mise en place :
– d’une unité de coordination,
– d’une unité post-AVC,
– d’une unité de rééducation gériatrique,
– d’une unité rachis  ambulatoire  en partenariat avec la Mutualité de la Loire,
– d’une unité de rééducation pédiatrique,
– d’une unité post-réanimation, par convention avec le Centre Médical de l’Argentière.

Une prise en charge de qualité
Véritable lieu de vie pour le patient, le nouveau service est particulièrement convivial et spacieux. Réparti sur 5 niveaux , il dispose d’une superficie totale de plus de 6 000 m2. Les nouveaux locaux permettent donc une prise en charge adaptée à la fois à des pathologies lourdes et à des séjours prolongés ainsi qu’à la réinsertion familiale et professionnelle.
Les patients bénéficient d’un plateau de rééducation exceptionnel comprenant un gymnase de 182 m2 et de quatre salles de kiné, dont deux de 120 m2 et deux de 70 m2, raccordées à la balnéothérapie. Les deux niveaux supérieurs du bâtiment sont consacrés à l’hospitalisation avec 25 chambres dont seulement 5 à deux lits. Les chambres à un lit sont spacieuses (19 m2) et adaptées à l’accueil de patients très dépendants.

La mise en réseau des soins de suite et de réadaptation
Il importe tout particulièrement de favoriser la coordination entre les services de court séjour, les services prestataires de soins de suite et de réadaptation et le réseau d’aval. Cette dynamique permet également de mettre en oeuvre une coopération exemplaire entre le secteur privé à but non lucratif (Mutualité de la Loire et Centre Médical de l’Argentière) et le secteur public (CHU).

Montant de l’opération :10 634 386,10 ¬

La Médecine Physique et de Réadaptation a pour objectif de permettre aux patients de développer des capacités suffisantes pour atteindre un niveau optimal d’indépendance physique, d’aptitudes relationnelles et d’intégration sociale et environnementale compatibles avec une vie la plus normale possible.

La pluridisciplinarité de l’équipe permet la prise en charge de différentes pathologies : hémiplégie, para-tétraplégie, poly-traumatismes, lombalgie et douleur chroniques.

Le service de médecine physique et réadaptation
Chef de service : Pr. Vincent Gautheron
Capacité en lits : 30 lits d’hospitalisation complète et 10 places de jour
Activité annuelle 2001 :
Journées : 11 526
Entrées : 397
Durée moyenne du séjour : 29,03 jours
Taux d’occupation : 81,63 %
Consultations : 2 118

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.