Nouvelle méthode thérapeutique du Cancer prostatique : HIFU-Ablatherm

Le cancer de la prostate est le plus fréquent des cancers de l'homme. Son diagnostic précoce, de fréquence croissante après 50 ans, est le meilleur garant du succès thérapeutique. A ce stade, les méthodes thérapeutiques curatives classiques (Chirurgie ou Radiothérapie) sont complétées par des méthodes alternatives nouvelles : la Curiethérapie et les Ultrasons Focalisés à Haute Intensité (HIFU).

Le cancer de la prostate est le plus fréquent des cancers de l’homme. Son diagnostic précoce, de fréquence croissante après 50 ans, est le meilleur garant du succès thérapeutique.
A ce stade, les méthodes thérapeutiques curatives classiques (Chirurgie ou Radiothérapie) sont complétées par des méthodes alternatives nouvelles : la Curiethérapie et les Ultrasons Focalisés à Haute Intensité (HIFU).

Le principe de l’HIFU repose sur la destruction tissulaire par la concentration d’ultrasons émis par une sonde endorectale, avec repérage échographique. Le faisceau convergent d’ultrasons de haute intensité entraîne une brève hyperthermie locale qui détruit le tissu néoplasique prostatique dans la zone cible, sous couvert d’un refroidissement continu protecteur de la muqueuse rectale.Cette méthode applicable à certains cancers prostatiques localisés ou après échec de radiothérapie, présente l’avantage d’une moindre agressivité thérapeutique. Le traitement, qui dure 3 à 4 heures, est réalisé sous anesthésie générale ou loco-régionale permettant une reprise de l’alimentation le soir de l’intervention et le retour à domicile après l’ablation de la sonde vésicale, quelques jours plus tard. La surveillance ultérieure prolongée permet d’espérer un bénéfice encourageant avec morbidité réduite.

Le matériel, commercialisé par la Société EDAP sous le nom d’Ablatherm, a été mis au point à Lyon depuis 1989, avec marquage CE en 2000. Sa diffusion est actuellement limitée en France à quelques centres et a déjà permis de traiter plus de 4000 patients en Europe.

Le CHU d’Amiens vient d’acquérir cet équipement pour un usage partagé avec les CHU de Lille Reims et Rouen, dans le cadre d’une collaboration régionale justifiée par le partage de moyens techniques coûteux (600 000 euros) pour le bénéfice de l’ensemble des patients de notre Région.

Pr Jacques PETIT
Service d’Urologie et Transplantation

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.