Nouvelle salle de stéréotaxie : une étape importante en neurochirurgie

La nouvelle salle de stéréotaxie du service de neurochirurgie améliore considérablement les conditions opératoires et post-opératoires pour la pose d'électrodes de stimulation dans le cerveau.

La nouvelle salle de stéréotaxie du service de neurochirurgie améliore considérablement les conditions opératoires et post-opératoires pour la pose d’électrodes de stimulation dans le cerveau.
Le 20 décembre 2010 se déroulait la première intervention dans la nouvelle salle de stéréotaxie du bloc de neurochirurgie du CHU de Nantes . « Il s’agit d’une étape importante dans l’évolution de notre technique stéréotaxique, explique le Pr Jean-Paul Nguyen, chef de service de neurochirurgie, puisque le repérage par ventriculographie (exploration radiographique du ventricule par injection d’un produit de contraste, opaque aux rayons X) est désormais remplacé par une technique qui repose essentiellement sur l’IRM et qui permet de situer directement les cibles. En effet, les principales cibles où l’on veut positionner une électrode de stimulation pour traiter les mouvements anormaux (maladie de Parkinson et dystonie) sont le noyau
sous thalamique et le pallidum interne bien visibles en IRM sur des séquences appropriées.

Un meilleur contrôle de la trajectoire de l’électrode en radiologie classique peropératoire.
L’installation classique de téléradiographie (tubes orthogonaux à cinq mètres du film) a été remplacée par des capteurs plans qui permettent d’obtenir un résultat au moins équivalent, en terme de déformation d’image, mais avec des distances beaucoup moins contraignantes entre le tube et le capteur (3,5 m de profil et 2,5 m de face) compatibles avec une salle d’opération de dimension standard ».

Grâce à cette nouvelle procédure le ciblage gagne en précision, l’intervention est plus courte et plus confortable pour le patient, un avantage qui limite aussi le nombre de complications infectieuses et la durée moyenne de séjour de ces patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.