Nouvelle salle hybride pluridisciplinaire : Angers au top de la radiologie interventionnelle

Site référent du grand Ouest pour les endoprothèses aortiques, le CHU d’Angers continue à investir le champ des technologies d'imagerie, de radiologie et de cathétérisme innovantes. Il vient d’inaugurer un plateau de chirurgie interventionnelle de dernière génération et son fleuron une salle hybride, parmi les plus modernes de France.
Site référent du grand Ouest pour les endoprothèses aortiques, le CHU d’Angers continue à investir le champ des technologies d’imagerie, de radiologie et de cathétérisme innovantes. Il vient d’inaugurer un plateau de chirurgie interventionnelle de dernière génération et son fleuron une salle hybride, parmi les plus modernes de France.
Les patients sont les premiers à tirer profit de cet investissement de de 3,6 millions d’euros – à lui seul le robot Discovery IGS 730 aura coûté 900 000 euros. Ces équipements high tech rendent possibles les interventions sous coelioscopie sur les vaisseaux, autrefois réalisées sous chirurgie lourde. Aujourd’hui, il suffit d’une petite incision, d’une anesthésie courte et les suites opératoires réduites permettent au patient de regagner son domicile le soir même. 
Pour réaliser ces prouesses, les radiologues interventionnels, anesthésistes, chirurgiens, cardiologues, neurochirurgiens… travaillent simultanément dans la salle hybride désormais pluridisciplinaire qui offre une qualité optimale en imagerie et le top des environnements anesthésique et chirurgical.
Les multiples applications la radiologie interventionnelle en salle hybride
En urgence, principalement pour traiter les hémorragies graves (post partum et polytraumatisé…). La semi urgence, pour désobstruer les pontages vasculaires périphériques ou les artères natives. Une spécialité du CHU d’Angers.
L’activité programmée concerne principalement l’angioplastie rénale, l’embolisation des fibromes, des tumeurs et malformations vasculaires périphériques.  Le CHU a aussi développé de nouvelles indications thérapeutiques dans le cadre de l’insuffisance veineuse, par embolisation des varices pelviennes. Dans ce domaine, Angers est reconnu aussi parmi les centres référents.
En oncologie hépatique, la chimio-embolisation permet un traitement ciblé des lésions tumorales hépatiques. Très récemment l’utilisation d’éléments radioactifs (yttrium), réalisée en collaboration étroite avec les médecins nucléaires et les radiopharmaciens a fait évoluer la technique vers une radiothérapie ciblée intra hépatique. 
Autre intervention couramment réalisée : l’implantation d’un cathéter de chimiothérapie dans l’artère hépatique, raccordé à une chambre implantable inguinale, pour administrer de fortes concentrations de chimiothérapie locale avec un meilleur taux de réponse sur les métastases hépatiques.
Cardiologie interventionnelle et chirurgie cardiaque 
Plus de 800 angioplasties coronaires sont effectuées chaque année, dont environ 300 en urgence dans les syndromes coronariens aigus. L’apparition d’endoprothèses actives a notablement réduit le risque de resténose. La salle hybride du CHU d’Angers et l’environnement pharmacologique permettent de traiter des lésions jusqu’alors réservées à la chirurgie : lésions longues, calcifiées, occlusions coronaires chroniques. Un plus, les endoprothèses résorbables qui réduisent la durée des associations d’anti-agrégants plaquettaires et par là même le risque hémorragique.
L’implantation valvulaire aortique par voie trans-catheter (TAVI) a bénéficié à plus 300 patients à Angers avec un taux de succès supérieur à 95%. Récemment, cardiologues et chirurgiens cardiaques ont collaboré autour de trois types d’interventions novatrices : la fermeture du Foramen Ovale Perméable ;  la fermeture des auricules gauches par endoprothèses (alternative au traitement anticoagulant dans la fibrillation atriale) et enfin, la pose de Mitraclip® dans certaines insuffisances mitrales sévères chez des patients à haut risque chirurgical.
Neuroradiologie et neurochirurgie. Désormais, l’anévrisme cérébral est traité par embolisation plutôt que par la chirurgie ; il s’agit même d’une des principales activités de recours proposées par le CHU d’Angers qui soigne aussi 24h/24 les hémorragies méningées et les anomalies vasculaires médullaires et cérébrales ainsi que les accidents vasculaires cérébraux ischémiques.
Nouveaux développements : la cimentoplastie et la kyphoplastie, afin de soulager les douleurs liées aux tumeurs et tassements vertébraux. Les collaborations étroites entre les services de radiologie et de neurochirurgie ont permis d’étendre ces techniques aux actes chirurgicaux mini-invasifs tel que l’ostéosynthèse rachidienne per cutanée guidée par imagerie. 
En savoir plus sur la salle hybride
La salle hybride est dotée du système Discovery IGS 730 de General Electrics (GE) Healthcare, équipement d’imagerie interventionnelle. Un système précurseur tant par la qualité de l’imagerie que par sa flexibilité et sa mobilité – un des tout premiers en France. De par sa conception, il facilite la coopération entre de nombreux opérateurs qui peuvent se positionner autour du patient de manière optimale. Ses images de grande qualité garantissent une haute précision des gestes interventionnels. 
Ses atouts : équipements mobiles d’imagerie, table réorientable durant l’intervention, commandes adaptées et écrans de part et d’autre du patient, sont les briques de système Discovery IGS 730, ce système unique en matière de radiologie interventionnelle. Ainsi, en position d’imagerie les praticiens peuvent intervenir sur différentes parties du corps du patient, des pieds à la tête, grâce aux mouvements combinés de la table et de l’équipement d’imagerie qui est mobile. A cette flexibilité s’ajoute une puissance d’imagerie équivalente à un système fixe. Un concept qui ouvre le champ à une large gamme de procédures endo-vasculaire, cardiaque, hybrides et de chirurgie ouverte. 
La radio interventionnelle au CHU d’Angers – 40 ans d’innovation
1970 : Ouverture des premières salles de cathétérisme du CHU sous l’impulsion du Pr. Jacques Caron, chef du service de radiologie. 
1997 : Implantation au CHU d’Angers de la 1ère endoprothèse aortique de l’Ouest, par les équipes de chirurgie et de radiologie. 
2012 : 1ère nationale réalisée au CHU d’Angers avec la mise en place d’une endoprothèse couverte dans l’aorte ascendante par voie transapicale. 
2014 : Ouverture d’un plateau de radiologie interventionnelle composé de 4 salles dont une salle hybride, dans un environnement de radiologie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.