Nouvelle Unité en Soins Intensifs Neurovasculaires

24h/24, les victimes d’Accident Vasculaire Cérébral (AVC) sont accueillies au CHRU de Nancy au sein d'une unité très spécialisée, l'unité Neuro Vasculaire (UNV) où médecins et professionnels paramédicaux sont formés à l’urgence de l’accident cardiaque. D’une capacité de 12 lits de soins intensifs, le service dispose d’une salle de soins et d’un monitoring centralisés pour une surveillance accrue des patients.

24h/24, les victimes d’Accident Vasculaire Cérébral (AVC) sont accueillies au CHRU de Nancy au sein d’une unité très spécialisée, l’unité Neuro Vasculaire (UNV) où médecins et professionnels paramédicaux sont formés à l’urgence de l’accident cardiaque. D’une capacité de 12 lits de soins intensifs, le service dispose d’une salle de soins et d’un monitoring centralisés pour une surveillance accrue des patients.
Ouverte le 15 septembre 2015 au 2e étage du Bâtiment des Neurosciences Jean Lepoire à l’Hôpital Central,  cette installation fait suite à l’extension du secteur d’hospitalisation traditionnelle de l’unité neurovasculaire situé au 3e étage du même bâtiment en février 2014 dont la capacité a doublé et comptera 24 lits fin 2015.
En projet, la création d’une salle des familles et d’un bureau dédié aux consultations d’orthophonie est en cours d’achèvement au 3e étage.
Un parcours patient structuré
En cas de suspicion d’AVC, l’équipe du SAMU amène directement le patient à l’IRM du service Neuroradiologie situé à l’Hôpital Central, dans le même bâtiment que l’Unité Neuro Vasculaire.
Si le diagnostic d’AVC est confirmé par l’examen d’imagerie cérébrale réalisé sans délai, le patient est orienté vers l’UNV. Accueilli en soins intensifs, le patient est mis sous étroite surveillance : monitoring de ses fonctions vitales et de son état neurologique.
La priorité des équipes : débuter au plus vite le traitement médicamenteux pour limiter les conséquences de l’AVC et éviter sa récidive, de réaliser les examens afin de comprendre la cause de l’AVC et d’évaluer son pronostic. Et dès les premiers jours débutera la rééducation  pour une récupération optimale.
À l’issue de la phase aiguë, l’UNV organise la sortie du patient vers son domicile, dans un service de soins de suite ou un centre de rééducation…

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.