Nouvelles activités de soins et grands projets

Dans une conférence de presse organisée le 17 juin 2010, Olivier Boyer, nouveau directeur général du CHR d'Orléans fait le point sur l'actualité du CHR d'Orléans. Une photographie très complète des nouvelles activités de soins et des grands projets portés par le CHR. Au programme : l'essor de l'HAD du post-partum, les atouts du dépistage de trisomie 21 au cours du premier trimestre de grossesse, le développement d'activités et équipement de l'unité neuro-vasculaire, l'inauguration du secteur stérile d'hématologie clinique, l'engagement du CHR dans une démarche de recrutement dynamique des infirmières. Enfin un point a été fait sur le chantier du nouvel hôpital et sur la contribution de la Caisse d'Allocations Familiales à la construction de nouvelles places de crèche.

Dans une conférence de presse organisée le 17 juin 2010, Olivier Boyer, nouveau directeur général du CHR d’Orléans fait le point sur l’actualité du CHR d’Orléans. Une photographie très complète des nouvelles activités de soins et des grands projets portés par le CHR. Au programme : l’essor de l’HAD du post-partum, les atouts du dépistage de trisomie 21 au cours du premier trimestre de grossesse, le développement d’activités et équipement de l’unité neuro-vasculaire, l’inauguration du secteur stérile d’hématologie clinique, l’engagement du CHR dans une démarche de recrutement dynamique des infirmières. Enfin un point a été fait sur le chantier du nouvel hôpital et sur la contribution de la Caisse d’Allocations Familiales à la construction de nouvelles places de crèche.

HAD post-partum : la sortie précoce de la maternité en toute sécurité
Assurant 4 380 accouchements par an, la maternité du CHR d’Orléans a développé une offre d’hospitalisation à domicile (HAD) du post-partum : 3 jours après leur accouchement, les jeunes mères peuvent opter pour un retour à domicile en toute sécurité grâce à la visite de professionnels. L’équipe d’HAD, composée de médecins et de soignants, se déplace chez la jeune mère une à deux fois par jour durant deux à trois jours selon les besoins. Elle adapte ses conseils et soins au cadre de vie de la famille. L’hospitalisation à domicile est gérée au CHR d’Orléans par deux organismes : l’HAD 45 : en partenariat avec le CHR, cette structure fonctionne au niveau de l’agglomération orléanaise et l’HAD Val de France Sphéria : structure qui fonctionne au nord et à l’est du département.
L’HAD post-partum, une activité en forte progression
700 femmes sur 4 380 ont bénéficié de cette option en 2009. Elles devraient être plus de 2 000, en 2013 ou 2014 projette le CHR.
Informer les jeunes mamans
Chaque matin, la sage-femme de la maternité présente les services de l’hospitalisation à domicile aux patientes. Si elles optent pour l’hospitalisation à domicile, les prestations sont entièrement prises en charge par la sécurité sociale (soins des intervenants médicaux, paramédicaux, frais pharmaceutiques, examens de laboratoire…). Avant l’acceptation définitive d’une HAD, un examen est réalisé par la sage-femme, ainsi qu’une supervision par le gynécologue. Le bébé est également examiné par le pédiatre avant sa sortie en hospitalisation à domicile. Les femmes ayant subi une césarienne peuvent quitter la maternité trois jours après leur accouchement et sont suivies pendant cinq jours à domicile. Pour réaliser l’examen du huitième jour pédiatrique un réseau de pédiatres libéraux a été constitué en concertation avec le CHR.
Avantages des hospitalisations à domicile
L’HAD est une solution appréciée des mères qui ont accouché de leur premier enfant. Souvent angoissées à l’idée de rentrer chez, elles sont rassurées par la visite régulière des professionnels et de leurs conseils personnalisés. La jeune mère bénéficie aussi de trois à quatre jours de plus d’accompagnement à l’allaitement maternel par rapport à une hospitalisation classique.
Ce service sur mesure séduit les parturientes. 95 % des femmes sont ravies de pouvoir rentrer chez elles à « J+3 » après leur accouchement.
Pour l’établissement, les sorties précoces permettent de maintenir un taux d’occupation des lits à 85 % en suites de couches.

Dépistage sérique du 1er trimestre
Le dépistage sérique permet une identification des patientes à risque accru de donner naissance à un enfant atteint de trisomie 21 (T21). Auparavant, le caryotype foetal était pratiqué au cours du deuxième trimestre par une prise de sang. Un calcul associant ce dosage et l’âge de la mère donnait un risque imprécis car il ne prenait pas en compte la mesure de la nuque foetale. Depuis une dizaine d’années, en France, cela entraînait un taux d’amniocentèse de 15% avec un risque de fausse couche de 1%. Aujourd’hui, le dépistage est organisé juste après l’échographie du premier trimestre, et les trois paramètres sont calculés très tôt avec une très grande précision.
Le CHR d’Orléans est un des seuls à avoir mis en place une consultation d’échographie de sage-femme au premier trimestre et dédié du temps d’infirmière pour cette consultation le même jour. Les sérums sont traités rapidement dans un seul laboratoire public biochimique de la région. Il s’agit du laboratoire situé à l’hôpital de La Source. Les résultats plus rapides et pertinents présentent aussi l’avantage de faire baisser le nombre d’amniocentèses et donc de fausses couches.

Recrutement
Les hôpitaux français éprouvent des difficultés à recruter des infirmières. La démographie de cette profession en région Centre est confrontée à un fort taux de départ en retraite. Dans ce contexte, et pour faire face au développement de ses activités immédiates et à venir, le CHR d’Orléans met en place une politique de recrutement dynamique.
En interne : les paramédicaux assurent un encadrement de qualité des étudiants infirmiers et les stages pré professionnels sont proposés à un plus grand nombre d’étudiants.
En externe : Les postes infirmiers vacants sont publiés dans différents IFSI, dans la presse locale, nationale et étrangère (espagnole, portugaise et roumaine). Le CHR d’Orléans participe à différents forums de recrutement, et notamment au salon infirmier à Paris les 3, 4 et 5 novembre 2010.Il arrive aussi que le CHR rappelle des infirmières à la retraite ou recourt à l’intérim. Les recrutements sur un mode contractuel sont également envisagés et la promotion interne se développe avec l’offre de contrats d’allocation d’études aux étudiants.
Autre piste : améliorer les conditions de travail avec une offre de logement, la mise en place d’organisations de travail plus favorables dans les unités de soins.
Perspectives à moyen terme
L’ouverture des lits de soins de suite et de rééducation sur le site de La Source en 2012 se situe dans une année favorable puisque les étudiants infirmiers d’Orléans, formés dans le cadre de la réforme LMD termineront leur formation en juin 2012. Une prospective régionale visant à augmenter la capacité de recrutement des infirmières sera lancée en concertation avec le conseil régional.

Développement d’activités et équipement d’une unité neuro-vasculaire (UNV)
Depuis le 7 septembre 2009, l’UNV accueille toute personne ayant un AVC ischémique ou hémorragique récent ou une pathologie neurovasculaire aiguë datant de moins de 48 heures.
L’UNV se compose de : – 5 lits de soins intensifs de neurovasculaire où sont pris en charge 24h/24, les patients justifiant une surveillance intensive, neurologique et hémodynamique. C’est dans cette partie que sont administrés les traitements fibrinolytiques. – 11 lits dits « tièdes » dédiés aux patients ayant une pathologie neurovasculaire récente (entre 48 heures et 7 jours). Géographiquement regroupés en un secteur où sont prodigués des soins standardisés et spécialisés des AVC ne nécessitant pas ou plus une surveillance intensive. L’UNV se place au centre d’une filière de soins, qui va de la phase préhospitalière du SAMU à la réinsertion socioprofessionnelle. L’UNV permet la mise en place d’un projet de réadaptation du patient : le patient et sa famille sont informés, et un programme d’éducation peut être proposé dans le but d’améliorer l’observance au traitement et d’apprendre les symptômes évocateurs de complications et de récidives.

Inauguration du secteur stérile d’hématologie clinique
Ouvert le 8 février 2010, le service d’hématologie clinique dispose d‘un secteur stérile. Vouée à la prise en charge et au traitement des pathologies hématologiques type leucémies aiguës, incluables dans les protocoles GOELAMS, APL et GRAALL, cette unité de soins compte 8 lits en chambre seule avec un traitement d’air par surpression dans la chambre et un SAS d’entrée. Le service admet les patients d’Orléans en post autogreffe et se prépare à accueillir le post autogreffe de malades provenant d’autres centres en cas de saturation des établissements tourangeaux. Leurs dossiers seront «staffés» en visioconférence régionale ; l’objectif étant de garder à un maximum de patients à proximité de chez eux et dans le réseau.

Nouvel hôpital d’Orléans
Les travaux sont lancés : l’ancien accès aux urgences a été fermé en mai dernier. La zone de vie, ainsi que le parking du chantier ont été consolidés, pour accueillir à terme plus de 1 000 ouvriers. Actuellement, le CHR d’Orléans est en pleine phase de terrassement. Les fondations commenceront fin août 2010, pour le pôle A (Soins de suite et de réadaptation, cuisine, crèches, internat). La première grue du chantier sera installée le 2 août 2010.
Par ailleurs, le CHR d’Orléans vient de recevoir une nouvelle aide à l’investissement de 340.000 € de la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) pour la construction de nouvelles places de crèches (180 au total) au sein du Nouvel hôpital d’Orléans, dans le pôle A. Il s’agit d’un accompagnement à la restructuration des crèches et à l’augmentation de leur capacité induite par le renouvellement des effectifs et le recrutement à terme de nouveaux professionnels. Cette aide s’ajoute à celles déjà reçues de la CAF de 340.000 € sous forme d’aide directe et 340.000 € sous forme de prêt à taux préférentiel

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.