Nouvelles organisations aux urgences et en médecine interne

Comment apporter aux 150 personnes qui se présentent chaque jour aux urgences adultes du CHRU de Brest une réponse de qualité dans de meilleurs délais ? Les équipes du CHRU, coordonnées par les docteurs Eric Pondaven, responsable du pôle des urgences, et David Goetghebeur, chef du service ont pris le problème à bras le corps. Sans attendre la reconstruction du service des urgences prévue pour 2012, ils ont décidé de doubler (de multiplier par 2,3 très exactement) la capacité de l'Unité d'Hospitalisation de Courte Durée qui passe ainsi de 7 à 16 lits. La nouvelle organisation est également fondée sur une collaboration étroite entre les praticiens des Urgences et ceux du Département de Médecine interne et Pneumologie (Pôle Vasculaire - Médecine interne), ces derniers se regroupant en une fédération de médecine interne, placée sous la responsabilité du Professeur Christophe Leroyer.

Comment apporter aux 150 personnes qui se présentent chaque jour aux urgences adultes du CHRU de Brest une réponse de qualité dans de meilleurs délais ? Les équipes du CHRU, coordonnées par les docteurs Eric Pondaven, responsable du pôle des urgences, et David Goetghebeur, chef du service ont pris le problème à bras le corps. Sans attendre la reconstruction du service des urgences prévue pour 2012, ils ont décidé de doubler (de multiplier par 2,3 très exactement) la capacité de l’Unité d’Hospitalisation de Courte Durée qui passe ainsi de 7 à 16 lits. La nouvelle organisation est également fondée sur une collaboration étroite entre les praticiens des Urgences et ceux du Département de Médecine interne et Pneumologie (Pôle Vasculaire – Médecine interne), ces derniers se regroupant en une fédération de médecine interne, placée sous la responsabilité du Professeur Christophe Leroyer.

L’extension des urgences évite d’hospitaliser les patients dans les services médicaux pour une surveillance pendant la nuit – ce qui soulage le travail des équipes. L’Unité d’Hospitalisation de Courte Durée permet aussi de lutter contre les mauvais aiguillages comme le fait d’adresser des patients de médecine dans les services de chirurgie. En effet, en fonction de l’évolution de leur état de santé, après avis médical et en coordination avec les services de spécialité, les patients d’UHCD seront admis dans les services adaptés à leur prise en charge dans la matinée où les équipes spécialisées pourront prendre le relais.

Les patients ne resteront donc qu’une nuit à l’UHCD et les lits devront être libérés dès le début de la matinée. Grâce à la tarification de l’activité ainsi identifiée, ces nouvelles organisations permettront à l’ouverture des nouveaux locaux de réduire le déséquilibre financier des activités d’urgences.

L’extension de 7 à 16 lits correspond à l’article D 6124-5 du code de la santé publique, qui prévoit 3 à 5 places d’UHCD par tranche de 10 000 passages.

Cette extension a justifié des créations de postes
1 ETP Cadre de santé
1 ETP Secrétaire médicale
6 ETP IDE / 6 ETP AS / 2 ETP ASH

La nouvelle organisation de la médecine interne
La médecine interne s’est également restructurée grâce à la mutualisation des moyens des deux services de médecine interne du CHRU. Cette mutualisation a permis de dégager des moyens pour développer les modalités modernes de prise en charge de l’activité de médecine interne. Le service dispose désormais de 5 lits supplémentaires d’hospitalisation de jour, des consultations à bref délai de rendez-vous qui fonctionnent en lien avec le Service d’Accueil et d’Urgence et la médecine de ville, notamment par l’intermédiaire d’un téléphone portable mis à disposition des professionnels de santé et leur permettant de joindre aux heures ouvrables un médecin senior du service. L’objectif est d’augmenter le nombre de malades pris en charge de façon ambulatoire, d’éviter le recours systématique au service des urgences pour les patients ne présentant pas de détresse vitale, en programmant la prise en charge en amont de l’hôpital en coordination avec le médecin traitant. Ceci permet de réserver l’hospitalisation conventionnelle aux patients qui ne peuvent être maintenus à domicile et de préparer l’établissement à répondre au mieux aux besoins des patients âgés notamment en période hivernale.

Les chiffres de la médecine interne
La nouvelle organisation a modifié les capacités en hospitalisation traditionnelle et en hospitalisation de jour

Passage de 54 lits en hospitalisation traditionnelle à 36 (-18 lits)
2ème étage du bâtiment 1 : 1 unité de médecine interne de 24 lits
3ème étage du bâtiment 1 : 1 unité de médecine interne de 12 lits et
3 secteurs de pneumologie de 14 lits

Passage de 5 places en hôpital de jour à 10 (+ 5)

Augmentation de l’hospitalisation de jour (passage de 10 à 15 patients/jour) dans l’attente d’un Hôpital de jour polaire (projet immobilier en cours)
Augmentation de l’offre de consultations externes, ouvertes et programmées, en lien avec le Service d’Accueil et d’Urgence et la médecine de ville

Effectifs médicaux inchangés
Les effectifs soignants ont été légèrement adaptés du fait de la diminution des activités nocturnes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.