Nouvelles technologies version soins : l’iPod® pour les aides-soignants

IPod pour les aides-soignantsLe CHU de Lyon décline les nouvelles technologies en version soins. Après l'informatisation du dossier patient et l'envoi de SMS aux consultants pour éviter les oublis de rendez-vous, les Hospices Civils de Lyon mettent à disposition de ses aides-soignants des iPod Touch® v.2. Objectifs : améliorer la sécurité et la traçabilité des actes. Au lit du patient, les aides-soignants saisissent les paramètres vitaux (température, pulsations, rythme respiratoire, selles et urine) et les paramètres de douleur des patients, sur les iPod. Grâce à la couverture WiFi des établissements, les données enregistrées alimentent automatiquement le dossier patient informatisé. Solution alternative au papier et à la transmission orale, l'iPod est garant d'une plus grande sécurité des soins et d'une meilleure traçabilité des actes.
Le CHU de Lyon décline les nouvelles technologies en version soins. Après l’informatisation du dossier patient et l’envoi de SMS aux consultants pour éviter les oublis de rendez-vous, les Hospices Civils de Lyon mettent à disposition de ses aides-soignants des iPod Touch® v.2. Objectifs : améliorer la sécurité et la traçabilité des actes.

Au lit du patient, les aides-soignants saisissent les paramètres vitaux (température, pulsations, rythme respiratoire, selles et urine) et les paramètres de douleur des patients, sur les iPod. Grâce à la couverture WiFi des établissements, les données enregistrées alimentent automatiquement le dossier patient informatisé. Solution alternative au papier et à la transmission orale, l’iPod est garant d’une plus grande sécurité des soins et d’une meilleure traçabilité des actes.

Grâce à sa taille réduite, l’iPod Touch a été jugé comme la meilleure réponse aux problématiques de mobilité et d’ergonomie de cette catégorie de professionnels.

Un outil adapté au métier d’aide-soignant
Le déploiement d’iPod auprès des soignants s’intègre dans le projet d’informatisation du dossier patient, initié au CHU de Lyon. En 2005, le projet OPIUM (Outil de Prescription Informatisée de l’Unité Médicale) informatise la prescription médicale : les médecins prescrivent, les pharmaciens contrôlent, et les infirmières distribuent les médicaments et soins. Ces dernières se déplacent de chambre en chambre avec un chariot OPIUM équipé d’un ordinateur et des médicaments pour chaque patient visité. Cet outil, parfaitement adapté aux infirmières, ne semblait pas convenir aux aides-soignants, qui doivent pouvoir bénéficier d’une mobilité optimale. L’iPod est plus facilement transportable, et l’application développée a été spécialement pensée pour répondre aux besoins de ces professionnels, avec une navigation simple et pratique.

L’application remporte déjà un vif succès. Les 15 iPod déployés à la fin de l’été ont depuis été multipliés par 5 à la demande des soignants. D’ici fin 2011, tous les aides-soignants du CHU seront équipés (ce qui représente environ 400 iPod). Ce nouvel outil ergonomique représente un investissement à moindre coût, avec un prix de 180 ? contre 1200 ? pour un chariot OPIUM.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.