Numériser, stocker et communiquer les images médicales : le Projet Im@ges.net

Le CHU de Montpellier annonce le lancement officiel du projet Im@ges.net. A terme, le film en radiologie sera définitivement supprimé et l'image directement intégrée au système d'information hospitalier.

Le CHU de Montpellier annonce le lancement officiel du projet href= »mailto:Im@ges.net ». A terme, le film en radiologie sera définitivement supprimé et l’image directement intégrée au système d’information hospitalier.

Augmentation du nombre et de la fréquence des examens radiologiques

L’évolution technologique apporte de plus en plus d’images par examen, et l’évolution informatique au CHU de Montpellier est favorable à la numérisation des images. Ces images médicales accompagnent les soins puisque les praticiens visionnent régulièrement les images antérieures afin d’évaluer le traitement, de surveiller le patient ou pour effectuer un contrôle des coûts et risques.

Optimiser la prise en charge du patient et fournir rapidement aux équipes les informations dont elles ont besoin.
D’ores et déjà 50% des images faites en radiologie sont obtenues sous forme numérique (IRM, scanner, échographies et médecine nucléaire).

Im@ges.net conservera toutes les images de tous les examens réalisés sur 5 années et gérera les archives numériques. Le système sélectionnera les plus représentatives tout en permettant l’accès aux autres images très simplement et à n’importe quel moment.

Un comité de pilotage aide à la mise en ouvre du projet href= »mailto:Im@ges.net » :
Il fait le point sur les méthodes de travail et les flux d’informations, analyse les caractéristiques de chaque examen radiologique et propose des organisations ; l’objectif étant de permettre aux radiologues de produire les images et aux médecins des services cliniques d’en disposer dans les meilleures conditions.

Les avantages d’Im@ges.net
Base de donnée commune à tous les services de radiologie du CHU, href= »mailto:Im@ges.net » offrira également la possibilité de consulter en même temps la même image sur deux postes éloignés. Les images pourront être manipulées pendant l’interprétation (luminosité, zoom sur certaines parties par exemple). Enfin il n’y aura plus de film donc plus de transport manuel de dossiers et ni de négatoscopes.

Dans les services cliniques href= »mailto:Im@ges.net » permettra de sélectionner les images proposées par le radiologue, d’accéder à l’intégralité des images de l’examen, de sauvegarder les images numérique sur le PC du médecin, de ne plus stocker le dossier image dans un lieu mais sur un réseau (ce qui évitera les allées et venues et les temps de recherche).

La genèse du projet href= »mailto:Im@ges.net »
Sur l’initiative du Professeur Jean-Michel Bruel (Chef du service d’Imagerie Médicale à St Eloi), dès le début de 1999, Guy Vergnes (Directeur Général du CHU) avait demandé à l’équipe du service d’Imagerie Médicale de Saint-Eloi, à la DEL (Direction des Equipements et de la Logistique) et à la DSIO (Direction des Systèmes d’Information et d’Organisation) de réaliser une étude de faisabilité médicale, technique et financière portant sur la mise en place au CHU d’un système informatique, capable d’archiver et de diffuser dans les services cliniques les images radiologiques.

Au vu de cette étude présentée le 11 février 2000, Guy Vergnes et le Professeur Jacques Bringer (Président de la Commission Médicale d’Etablissement) ont pris la décision de lancer le projet (nommé href= »mailto:Im@ges.net » en référence aux techniques actuelles de diffusion de l’information). François Gaujoux pour la DSIO, François Durand-Gasselin pour la DEL et le Docteur Benoît Gallix pour les équipes d’Imagerie Médicale coordonnent un groupe de projet multidisciplinaire qui implique tous les acteurs concernés : médecins radiologues, cliniciens, chirurgiens, manipulateurs radios, organisateurs, ingénieurs.

Un cahier des charges a été ainsi élaboré et le choix d’un appel d’offres sur performances a été publié, afin de garantir l’équilibre financier de l’opération : le coût de fonctionnement du nouveau système sera équivalent au coût actuel.
Le choix de la commission d’appel d’offres s’est porté sur la solution proposée par la société GE Medical Systems.

Im@ges.net, un projet retenu par le FIMHO
Parallèlement à l’appel d’offres, le CHU a sollicité auprès du Ministère de la Santé une subvention dans le cadre du Fonds d’Investissement pour la Modernisation des HOpitaux (FIMHO).
Le FIMHO a vocation de soutenir des opérations d’investissement qui s’inscrivent notamment dans l’amélioration de l’offre de soins. Concernant href= »mailto:Im@ges.net », les critères principaux retenus ont été:
– l’amélioration de la qualité des soins
– l’amélioration de l’accueil et la prise en charge des patients
– l’amélioration des conditions de travail
– l’équilibre financier de l’opération

Sur la base de ces critères, le CHU a obtenu une subvention de 533 600 euros (soit 3 millions 500 000 Francs). Cette subvention est une reconnaissance nationale de l’initiative du CHU de Montpellier, en particulier dans sa démarche volontariste de déploiement sur l’ensemble de l’établissement et d’intégration cohérente dans le système d’information hospitalier.

Le projet href= »mailto:Im@ges.net » en chiffres
– 35 machines d’Imagerie raccordées (Scanner, IRM, Ultrasons, radiologie, Médecine Nucléaire …)
– 1800 postes informatiques raccordés dans le CHU, pour visualisation immédiate et analyse des images
– plus de 2000 utilisateurs concernés sur le CHU
– 5 ans d’archivage en ligne de toutes les images de tous les examens concernés (soit 30 000 Milliards de caractères)
– 2 186 000 Euros (14 339 220 Francs) de coût total d’investissement
– équilibre financier sur 5 ans
– 18 mois de déploiement du projet sur l’ensemble du CHU
– Diffusion des images aux unités de soins :
– sélections de 20 images / examens consultables sur tous les postes "SiPlus / Prisme" sur 5 ans
– 60 stations dédiées pour la consultation

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.