Nutrition et cancer : un prix de recherche salue le travail du CHU de Rouen

Les équipes du CHU de Rouen sont récompensées pour leur action concertée sur la prise en charge nutritionnelle des patients atteints de cancer.
Les équipes du CHU de Rouen sont récompensées pour leur action concertée sur la prise en charge nutritionnelle des patients atteints de cancer.
Mathilde Maccarone, diététicienne au CHU de Rouen, a reçu, ce mercredi 30 novembre 2016, un Prix de Recherche de la Société francophone de nutrition clinique et métabolisme. Ce prix lui a été décerné au nom de toutes les équipes impliquées.
Cette récompense, remise lors des Journées francophones de nutrition, s’accompagne d’une enveloppe de 15 000 € qui va permettre la réalisation du projet NOETICE pour la prise en charge nutritionnelle des patients atteints de cancer de l’estomac. Un prolongement du projet NOTICE, développé avec succès pour les patients atteints de cancer de l’œsophage et que couronne ce prix.
Objectif : prévenir la dénutrition
Le projet répond à une problématique fréquente dans une région très touchée par les cancers digestifs en général et de l’œsophage en particulier : celui du risque de dénutrition chez ces patients. Mettre en place une approche nutritionnelle pluridisciplinaire, précoce et continue apparaît dans ce sens un enjeu majeur. Dans le sillage du plan cancer 2014-2019, l’Institut National du Cancer (INCa) avait ainsi lancé un appel d’offre sur cette thématique, pour les patients atteints de cancers digestifs intitulé "limiter les conséquences nutritionnelles des cancers digestifs et de leurs traitements".
Le projet NOTICE (Nutrition Œsophage Traitement Cancer Education) présenté par le CHU de Rouen a été retenu dans ce contexte et soutenu financièrement par l’INCa. Ce projet multidisciplinaire d’éducation thérapeutique, porté par le Pr Frédéric Di Fiore, est destiné aux patients atteints d’un cancer de l’œsophage non métastatique, traités par radiochimiothérapie.
Des résultats très encourageants
Le projet a bénéficié jusqu’ici à une douzaine de patients ayant terminé le parcours ; d’autres sont en cours de prise en charge. Et les résultats préliminaires sont très encourageants : les participants au programme ont perdu moins de 5 % de poids au fil des 6 mois de leur radio-chimiothérapie contre près de 14% dans le groupe de référence des années précédentes.
Les patients ont tous exprimés une haute satisfaction et une forte dynamique d’équipe s’est installée entre tous les intervenants. La préservation de leur état général durant cette étape importante de traitement leur permet d’aborder dans les meilleurs conditions la suite de leur prise en charge, avec ou sans chirurgie.
De NOTICE à NOETICE
Forte de son expérience sur NOTICE, l’équipe a élaboré le projet NOETICE, qui en est une extension aux patients souffrant de cancer de l’estomac, confrontés à des difficultés nutritionnelles du même ordre. Mathilde Maccarone en sera le porteur sous la coordination du Pr Déchelotte, chef du service de nutrition du CHU de Rouen, avec l’appui de Caroline Amsellem, diététicienne à la direction des soins.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.