Obésité à la Réunion-Mayotte : un nouveau site internet participe à la lutte

A La Réunion, plus d'une personne sur deux est obèse ou en surpoids et 26 % des enfants de La Réunion en CM1 sont touchés par ce fléau*. Pour soutenir la lutte contre cette épidémie, le Centre Spécialisé de l’Obésité (CSO) Réunion-Mayotte, basé au CHU de La Réunion, lance un nouveau site internet. Dès la page d’accueil, l’internaute peut sélectionner des mini-vidéos pour comprendre le porcessus du surpoids et de l’obésité, calculer son profil pondéral, apprendre à repérer les facteurs favorisants la prise de poids… Le site http://www.obesite-reunion.re/index.html recèle une mine d’informations.
A La Réunion, plus d’une personne sur deux est obèse ou en surpoids et 26 % des enfants de La Réunion en CM1 sont touchés par ce fléau*. Pour soutenir la lutte contre cette épidémie, le Centre Spécialisé de l’Obésité (CSO) Réunion-Mayotte, basé au CHU de La Réunion, lance un nouveau site internet.  Dès la page d’accueil, l’internaute peut sélectionner des mini-vidéos pour comprendre le porcessus du surpoids et de l’obésité, calculer son profil pondéral, apprendre à repérer les facteurs favorisants la prise de poids… Le site http://www.obesite-reunion.re/index.html recèle une mine d’informations.

En quelques clics, l’internaute peut aussi trouver les coordonnées du Centre Spécialisé de l’Obésité ainsi que celles des autres établissements de santé partenaires. Ce portail numérique interactif et convivial est actualisé par les professionnels de santé et les acteurs institutionnels et associatifs. 
Désigné Centre Spécialisé de l’Obésité (CSO) Réunion-Mayotte dans le cadre du Plan Obésité 2010-201, le CHU de La Réunion est chargé de l’animation et la coordination de la filière de prise en soins des obésités sévères et compliquées. La décision d’ouvrir une plateforme digitale s’est rapidement imposée parmi les projets améliorant la visibilité et la cohérence des différents parcours de soins.
*Pr Majid Ezzati, de l’Imperial College de Londres, coordonnateur de l’étude publiée dans la revue médicale britannique The Lancet. Les données sur les scolaires sont issues d’un rapport élaboré par l’ARS et le rectorat, rendu public en 2015.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.