Obésité : déjà 1 000 sleeves à l’actif du Dr Bruno Berthet à Marseille

« Ma vie a changé », sourit Brigitte. « Je voulais absolument perdre du poids parce que ne me sentais pas bien ni physiquement, ni moralement. C’est ce qui m’a poussée à faire l’intervention. J’ai perdu 22 kilos en moins de six mois. Je peux refaire du sport, je mange normalement, à ma faim – ce que je ne faisais plus depuis 10 ans ! ». Référence régionale, le centre spécialisé de l’Obésité de l’AP-HM ouvert en 2014 accueille chaque année plus de 500 personnes. Le 4 août 2017, le Dr Bruno Berthet réalisait sa 1 000ème sleeve à l’hôpital de la Conception (AP-HM) !
« Ma vie a changé », sourit Brigitte. « Je voulais absolument perdre du poids parce que ne me sentais pas bien ni physiquement, ni moralement. C’est ce qui m’a poussée à faire l’intervention. J’ai perdu 22 kilos en moins de six mois. Je peux refaire du sport, je mange normalement, à ma faim – ce que je ne faisais plus depuis 10 ans ! ». Référence régionale, le centre spécialisé de l’Obésité de l’AP-HM ouvert en 2014 accueille chaque année  plus de 500 personnes. Le 4 août 2017, le Dr Bruno Berthet réalisait sa 1 000ème sleeve à l’hôpital de la Conception (AP-HM) !
L’intervention a été réalisée sur une patiente âgée de 41 ans dans le service de chirurgie endocrinienne et métabolique du Pr Sebag. L’occasion de présenter plus en détail cette unité innovante.

Spécialité du centre spécialisé de l’Obésité de l’AP-HM : la perte de poids rapide, efficace et durable
Ses atouts : le regroupement des services médicaux et chirurgicaux experts dans le traitement et le suivi des patients obèses : chirurgie bariatrique, services d’endocrinologie, chirurgie réparatrice et la maîtrise des différentes techniques : sleeve gastrectomy, pose d’anneau, bypass et mini bypass.

La sleeve consiste à réduire le volume de l’estomac chez les patients souffrant d’obésité sévère ou morbide.  « Il arrive un moment où la chirurgie devient indispensable pour des patients dont l’IMC (le rapport poids/taille au carré) dépasse largement 40, 50, parfois 70, contre 18 à 25 pour la normale », explique le Dr Bruno Berthet.
L’anneau placé autour de l’estomac et dont le calibre est réglable est moins en vogue car il y a beaucoup de contraintes et d’échecs.  
Le by pass associe une réduction de l’estomac et un court-circuit digestif visant à diminuer l’absorption. Particulièrement efficace dans le diabète type 2 et pour les « grignoteurs », le mini by pass pratiqué par le Dr Berthet a l’avantage d’être moins agressif et plus facilement réversible que les autres By pass.
Suivi sur mesure
Le parcours patient est complet. Il comprend une réunion d’information sur l’obésité et ses traitements, le suivi nutritionnel avant l’intervention sur 6 mois minimum, la prise en charge psychologique, atelier diététique et thérapeutique, réadaptation à l’effort, dépistage de comorbidités liées au poids : hypertension artérielle, syndrome d’apnée du sommeil, diabète, arthropathie, coronaropathie, et enfin un bilan et une évaluation lors de réunions de concertation pluridisciplinaire.
1 Marseillais sur 6
Véritable problème de santé publique du fait de son épidémiologie galopante, l’obésité touche un Marseillais sur 6 et parmi eux, des sujets de plus en plus jeunes présentant des formes extrêmes ou compliquées de plus en plus fréquentes. Les nouvelles techniques ainsi que la réhabilitation précoce permettent de diminuer la durée d’hospitalisation et le nombre de complications. Le centre de la Conception est novateur en France dans le concept de prise en charge globalisée de cette affection chronique, à la fois centre de recours pour la région, permanence des soins, unité de chirurgie ambulatoire et suivi pour la prise en charge des séquelles.

Pour en savoir plus
Site web Centre spécialisé de l’obésité Paca ouest
http://fr.ap-hm.fr/site/cso-paca-ouest
et vidéo sous youtube : https://www.youtube.com/watch?v=FHW1Vgft5xU&feature=youtu.be

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.