Obésité : recherche et pratique clinique réunies au bénéfice direct du patient

Même combat contre l’obésité pour les chercheurs des universités et les médecins du CHU de Toulouse : concevoir un projet de soin personnalisé pour chaque patient dont l'indice de masse corporelle (IMC) -poids (kg) / taille² (exprimée en mètre) - est supérieur à 30. Elaborée dans le cadre d’une démarche pluridisciplinaire, cette approche collective est désormais conduite au sein d’une seule et même structure experte le Centre Intégré de prise en charge (CIO) de l’Obésité de Toulouse.

Même combat contre l’obésité pour les chercheurs des universités et les médecins du CHU de Toulouse : concevoir un projet de soin personnalisé pour chaque patient dont l’indice de masse corporelle (IMC) -poids (kg) / taille² (exprimée en mètre) – est supérieur à 30. Elaborée dans le cadre d’une démarche pluridisciplinaire, cette approche collective est désormais conduite au sein d’une seule et même structure experte le Centre Intégré de prise en charge (CIO) de l’Obésité de Toulouse.
Trois exemples de projets de soins personnalisés
A un patient diabétique de type 2 présentant une obésité de classe 2 (IMC>40 kg/m2), l’équipe propose un traitement antidiabétique individualisé, recommandé par les sociétés savantes et une recommandation experte concernant le rapport bénéfice/risque/contrainte d’une chirurgie pour perdre du poids.
Lors de son séjour en soins de suite et de réadaptation, différentes compétences seront réunies pour traiter un patient obèse atteint d’une sclérose en plaques (SEP). Il pourra mettre à profit l’approche nutritionnelle pour perdre du poids, le suivi neurologique pour optimiser le traitement de la SEP et l’accompagnement par un praticien de Médecine Physique et de Réadaptation. Cette prise en charge  poursuivra un double objectif : l’éducation thérapeutique alimentaire et le gain d’autonomie physique.
Un adulte jeune obèse avec retard mental bénéficiera des compétences d’un pédiatre expert dans le diagnostic des obésités syndromiques (Prader-Willi…), et des relais des services de médecine du sport, de nutrition et de la fédération française du sport adapté.
Progrès et innovation sont les maîtres mots qui ont présidé à la création du CIO-Toulouse, labellisé par le Ministère de la Santé au même titre que les quatre autres centres référents français reconnus, à savoir celui de Lille, celui de Lyon et les deux centres de Paris.
Des compétences pluridisciplinaires pour une prise en charge optimale du patient
Le cœur de mission du CIO-Toulouse est d’améliorer la pertinence et la qualité de la prise en charge des personnes et patients obèses à tous les âges de la vie. Sa particularité : une recherche pluridisciplinaire qui intègre dans ses d’études et cohortes non seulement les dimensions clinique et biologique mais aussi psychologique et sociologique. Une dynamique collective conduite selon le mode translationnel «du lit du malade au laboratoire et inversement».

Des échanges étroits entre chercheurs
La formation et la communication seront des relais incontournables pour les chercheurs avec :
– l’organisation d’une conférence annuelle où sera exposée l’intégralité de leurs recherches mais aussi des interventions basées sur les controverses dans les recherches en obésité afin de réfléchir à des démarches innovantes communes.
– la création de modules d’enseignement courts mais aussi d’un « mastère obésité »
– un forum internet ouvert aux chercheurs, afin d’échanger et confronter les progrès, mais aussi aux citoyens qui pourront ainsi accéder à une information juste et valide.
Interrelations entre le CIO-Toulouse et le centre clinique spécialisé de l’obésité
Le centre spécialisé de l’obésité a été retenu dans le cadre du Plan Obésité après un appel d’offres lancé par la Direction Générale de l’Organisation des Soins (DGOS). L’objectif était d’organiser une filière de soins dédiée à la prise en charge de l’obésité mais aussi à la gestion de patients obèses présentant des pathologies multiples et compliquées. C’est ainsi qu’un centre spécialisé, labellisé par l’Agence Régionale de Santé (ARS), appelé TOSCA (Toulouse, Obésité, Surpoids, Conduites Alimentaires) a été créé en Midi-Pyrénées. Ce partenariat privé/public regroupe le CHU de Toulouse, les cliniques des Cèdres, d’Occitanie, de Castelviel, de Bondigoux et de Cahuzac-sur-Veyre.
En s’appuyant sur ce centre clinique spécialisé, le CIO-Toulouse pourra faire bénéficier les personnes ou patients obèses de Midi- Pyrénées de protocoles d’études ciblés et personnalisés : « avoir accès à la recherche, c’est avoir accès aux thérapeutiques d’avenir ».
Les chiffres de l’obésité en France continuent d’augmenter et la prévalence est de 15% chez les adultes en 2012, avec de grandes variations entre les régions.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Vincent Vuiblet : “L’IA va profondément modifier l’ensemble des fonctions hospitalières.” 

Connaissance des maladies, aide aux diagnostics, dépistage précoce, prise en charge des patients, prédiction de l’efficacité des traitements ou encore suivi des épidémies… dans la santé comme dans d’autres domaines, l’Intelligence artificielle est promise partout. Si les perspectives semblent vertigineuses, difficile de saisir ce que cette évolution technologique, que certains appréhendent comme une “révolution”, implique réellement. A l’occasion de SantExpo, nous avons interrogé Vincent Vuiblet, Professeur de médecine au CHU de Reims et directeur de l’Institut d’Intelligence Artificielle en Santé Champagne Ardenne depuis 2020, sur ce sujet particulièrement d’actualité. L’occasion pour lui de nous éclairer, de balayer aussi un certain nombre d’idées reçues et de fantasmes.

Le CHU de Bordeaux aux petits soins avec ses nouveaux internes

Le 15 mai dernier, deux cent six nouveaux internes ont été accueillis au Grand Théâtre, bâtiment phare de la capitale girondine et propriété du CHU de Bordeaux. Un événement en grandes pompes voulu par Yann Bubien, peu de temps après son arrivée en tant que Directeur général.

A saint-Étienne, cette nouvelle clinique soigne les champions comme les sportifs du dimanche

Ouverte depuis novembre dernier, la Clinique Universitaire du Sport et de l’Arthrose (CUSA) accueille dix-sept praticiens travaillant de concert pour soigner les problématiques qui entourent l’appareil locomoteur. Et si son plateau technique de pointe voit défiler les sportifs de haut niveau comme les amateurs, c’est une autre population, touchée par l’arthrose et autres douleurs articulaires, qui prend massivement rendez-vous. Reportage.

Dossier : l’arthrose

L’arthrose est une maladie articulaire qui touche dix millions d’individus en France. Si 65% d’entre eux ont plus de soixante-cinq ans, il n’en reste pas moins qu’une diversité de causes implique également le développement de la maladie chez les plus jeunes.

Jérôme Pourrat : « L’aumônier est un facteur de paix dans l’hôpital. »

Sensibiliser le personnel soignant et informer les patients sur leur droit au culte à l’hôpital public, et ce quelle que soit leur religion. C’est le quotidien de Jérôme Pourrat, aumônier depuis quatre ans au CHU de Saint-Étienne. Dans le cadre de notre série vidéo Les Chuchoteurs !, l’ex photographe a accepté de revenir sur son parcours et sur ses missions.