Objectiver l’apport des activités créatives ou corporelles

Cours de pilates, méditation de pleine conscience, shiatsu, massage ayurvédique, théâtre du vécu, atelier d’écriture, atelier vocal, art-thérapie évolutive, mosaïque, café philo santé, atelier vocal... Les activités corporelles ou créatives proposées aux personnes souffrant d’un handicap ou d’une maladie chronique « font du bien ». Mais comment évaluer ce bienfait ? En fonction de quels critères ? En se basant sur quels résultats ? Pour répondre avec précision, un projet de recherche est conduit autour des ateliers organisés par la « Fabrique créative de santé » du CHU de Nantes. Ce service ouvert en 2013 sur l’initiative Anne Le Rhun et de Catherine Greffier conçoit un programme à la carte qui mobilise le corps et l’esprit des personnes suivies.
Cours de pilates, méditation de pleine conscience, shiatsu, massage ayurvédique, théâtre du vécu, atelier d’écriture, atelier vocal, art-thérapie évolutive, mosaïque, café philo santé, atelier vocal… Les activités corporelles ou créatives proposées aux personnes souffrant d’un handicap ou d’une maladie chronique « font du bien ». Mais comment évaluer leur bienfait ? En fonction de quels critères ? En se basant sur quels résultats ? Pour répondre avec précision, un projet de recherche est conduit autour des ateliers organisés par la « Fabrique créative de santé » du CHU de Nantes. Ce service ouvert en 2013 sur l’initiative Anne Le Rhun et de Catherine Greffier conçoit un programme à la carte qui mobilise le corps et l’esprit des personnes suivies.
Complémentaire de l’éducation thérapeutique* qui apporte des compétences sur une maladie spécifique et son traitement, la Fabrique Créative de Santé prodigue un soutien aux patients pour qu’ils gèrent au mieux leur stress et leurs émotions et améliorent globalement leurs capacités d’adaptation. La Fabrique s’adresse aussi aux proches des malades, confrontés aux difficultés sociales et psychologiques induites par la pathologie chronique ou le handicap. « Les personnes intéressées sont reçues en entretien pour recueillir leurs attentes, établir un bilan et choisir une activité collective ou individuelle. Le panel des ateliers proposés est vaste pour correspondre à chaque personne et chaque condition physique. 150 patients ou proches en ont déjà bénéficié de notre offre » détaille Catherine Greffier.
Recherche conduite sur deux ans
En début d’année, la Fabrique a obtenu un financement pour un projet de recherche au titre du Programme de recherche sur la performance du système des soins (Preps) visant à évaluer les bénéfices apportés par la participation aux ateliers. Dès octobre 2016, parmi 160 patients volontaires, 80 tirés au sort commenceront à participer à deux activités, l’une créative, l’autre corporelle. Une première évaluation sera effectuée au bout de six mois, au moyen d’entretiens et questionnaires incluant aussi les observations des animateurs des activités. Les 80 autres patients démarreront alors les ateliers pour être également évalués six mois plus tard. Ces 160 participants seront ensuite régulièrement suivis pendant deux ans. Il sera ainsi possible d’apprécier objectivement le ressenti global des intervenants et des patients et de mesurer les effets du programme sur la durée.
*Journée ETP
Une journée régionale d’éducation thérapeutique sera organisée à Nantes le 8 décembre prochain par les CHU de Nantes et Angers sur le thème : « La complémentarité des acteurs dans le parcours éducatif du patient». Elle s’adresse à tous les professionnels de santé, représentants des usagers, membres d’associations de patients intéressés par l’éducation thérapeutique du patient (ETP). 
Informations et inscription en ligne : http://www.chu-nantes.fr/4e-journee-regionale-d-education-therapeutique-du-patient-64434.kjsp?RH=MEDECIN

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.