Oct 2011 : Un pancréas artificiel portable testé avec succès – Elections des représentants des personnels – Situation financière délicate des hôpitaux…

Le mois d’octobre 2011 s'achève sur une note d'espoir pour les toutes les personnes diabétiques insulinodépendantes grâce à la mise au point d'un pancréas artificiel portable testé avec succès sur un patient montpelliérain. Octobre fut aussi le mois des élections des représentants des personnels par près d’un million d’hospitaliers - 955 981 très exactement. L’occasion pour la presse de comparer les stratégies syndicales, de faire remonter les préoccupations des personnels et de réaliser des reportages terrain à quelques jours du scrutin. A la Une également les emprunts toxiques qui grèvent les comptes des hôpitaux, leurs difficultés d’accès au crédit bancaire après le démantèlement de Dexia et les perspectives de nouvelles mesures d’économie au programme du projet de loi de financement de la sécu… Chroniques d’établissements sous pression sur fond de plan d'austérité.

Le mois d’octobre 2011 s’achève sur une note d’espoir pour les toutes les personnes diabétiques insulinodépendantes grâce à la mise au point d’un pancréas artificiel portable testé avec succès sur un patient montpelliérain. Octobre fut aussi le mois des élections des représentants des personnels par près d’un million d’hospitaliers – 955 981 très exactement. L’occasion pour la presse de comparer les stratégies syndicales, de faire remonter les préoccupations des personnels et de réaliser des reportages terrain à quelques jours du scrutin.
A la Une également les emprunts toxiques qui grèvent les comptes des hôpitaux, leurs difficultés d’accès au crédit bancaire après le démantèlement de Dexia et les perspectives de nouvelles mesures d’économie au programme du projet de loi de financement de la sécu…  Chroniques d’établissements sous pression sur fond de plan d’austérité.
Le 29 octobre : Enthousiasme partagé par toutes les rédactions, d’abord les radios, puis la presse quotidienne : l’équipe du Pr Eric Renard vient de mettre au point un pancréas artificiel, un espoir pour tous les diabétiques qui pourront s’affranchir des contrôles quotidiens de leur taux de glycémie. France-Inter salue la première médicale, France-Soir décrit le système de pompe à insuline portable, La Croix titre sur "la première utilisation d’un "pancréas artificiel" autonome, une révolution pour les diabétiques selon le Midi-libre. Cette prouesse de technologie tient dans un boîtier de la taille d’un téléphone portable et fait déjà le buzz sur You tube.
Jeudi 20 octobre, un million d’agents de la fonction publique hospitalière étaient invités à élire leurs représentants syndicaux aux instances Conseil de surveillance, CHSCT. Ce jour là, Le Monde prend le pouls au CHU Nancy où la concurrence entre syndicats bat son plein. Tracts diffusés jusqu’à la fin, rappel des victoires : Pour FO, l’obtention du maintien du déroulement de carrière des agents. Pour la CGT, la rétrocession de jours de RTT déduits pour chaque jour manqué ; la direction a fait appel du jugement. La CFDT focalise son énergie sur les conditions de travail suite à l’enquête menée en début d’année qui faisait été  "d’une grande souffrance des salariés et des problèmes d’effectifs récurrents". Les Echos insiste sur l’importance des « conditions de travail au centre des revendications », « avant les questions de salaires, de retraite ou de formation » commente Vincent Collen. Il s’appuie sur l’enquête de la CFDT adressé à 492 hôpitaux et renseignée par pus de 56 000 infirmiers, aides-soignants, kinés… Les réponses font état d’un malaise général sur fond de « consignes contradictoires, de manque de reconnaissance et de concertation ».
Dans son dossier du 19 octobre, l’Expansion rappelle les nouvelles règles de la représentativité. "Elle n’est plus fondée sur les votes en commissions administratives paritaires (CAP), où se traitent les questions individuelles (mutations, sanctions disciplinaires, etc.), mais sur les votes en comités techniques (CT), qui vont disposer d’un pouvoir accru dans les négociations collectives (organisation et fonctionnement, gestion des effectifs, grille de salaires, règles statutaires, etc.)" note Emilie Lévêque. Quant aux représentants des CT, ils seront élus directement par les agents, titulaires ET non titulaires. Autre nouveauté : "seuls les syndicats ayant obtenu des sièges dans les CT pourront participer aux négociations locales (avec le directeur de l’hôpital, l’ARS, etc.) et nationales (avec le ministre de tutelle ou celui de la Fonction publique)." Avantage aux grandes centrales : Pour subsister les organisations syndicales devront obtenir entre 3% et 7,5% des voix. Ces nouvelles modalités signent-elles la fin des petits syndicats (CFTC, CFE-CGC, divers) ? Localement certains ont déjà passé des accords avec les organisations plus importantes. Les élections auront un impact sur les ressources des syndicats : la moitié des moyens accordés par l’Etat aux syndicats de fonctionnaires – 1,3 milliard d’euros par an et 17.000 équivalents temps plein – sera désormais réservée aux syndicats ayant un siège en CT. L’autre moitié restera attribuée en fonction des pourcentages de voix ; les  petits syndicats pourront en bénéficier. 
Les résultats : grand vainqueur des élections professionnelles du 20 octobre dans la fonction publique hospitalière, la CGT gagne 2 points avec (33,51 %), et devance de près de 10 points la CFDT (24,46 %) qui se maintient à l’instar de FO (22,72 %). 6 syndicats connaissent un recul : SUD (8,66 %), l’Unsa (4,37 %), la CFTC (2,83 %), la Coordination infirmière (0,62 %), le Syndicat des manageurs publics de santé (0,42 %) et la CFE-CGC (0,33 %).  Sur son site, le ministère indique un taux de participation en baisse de 7 points cette année, 50,59 % contre 58,22 % en 2007. Quant au taux de participation réelle, après décompte des bulletins blancs et nuls, il de 48,63 % (soit 464 882 suffrages exprimés) en 2011 contre de 55.95% en 2007. http://www.sante.gouv.fr/elections-professionnelles-de-la-fonction-publique-hospitaliere-fph.html
Emprunts toxiques
Alors que la banque franco-belge Dexia est en cours de démantèlement, Hervé Lionnet revient dans les Echos du 17 octobre, sur les prêts toxiques ; leur taux peut grimper jusqu’à 15% et plomber les finances de certains hôpitaux s’inquiètent les responsables de la FHF. Selon des experts ces emprunts plus ou moins risqués représenteraient 20%  de l’ensemble des prêts dans le monde hospitalier.  Les directeurs concernés se disent trompés par les établissements bancaires qui  présentaient ces produits comme extrêmement sûrs. Cité dans l’article, Frédéric Boiron*, président de l’Association des Directeurs d’hôpitaux (ADH) et directeur général du CHU de Saint-Etienne estime « qu’il y a une responsabilité partagée ». A terme, il sera nécessaire de recapitaliser les hôpitaux.
Le  10 octobre, dans les colonnes du Figaro, Cécile Crouzel et Olivier Auguste font écho aux difficultés des collectivités et des hôpitaux à trouver des financements. « Dexia a réduit la voilure n’accordant que 15% des nouveaux près en 2011 contre 42% pour la BPCE ; sa part dans le stock de dette reste importante à 34% ». Quant aux mises en concurrence entre financeurs, elles se jouaient entre 4 ou 5 banques. « Depuis l’été, nous n’en avons plus que deux » explique le patron d’un CHU. Et les journalistes de conclure que la situation « pourrait vite devenir critique ». Fabien Piliu reprenait l’information dans La Tribune du 25 octobre et annonçait « que les hôpitaux pourraient puiser dans l’enveloppe de 3 milliards débloquée début octobre par le gouvernement pour aider les collectivités locales en difficultés financières », information délivrée par  Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France (FHF) suite à sa rencontre avec Xavier Bertrand, le ministre de la Santé. Dans le même article, le lecteur apprend également qu’un médiateur spécialisé dans le financement des hôpitaux pourrait être prochainement nommé.
Le 17 octobre, les Echos se sont aussi intéressés à l’organisation de la recherche en France. Ironisant sur la restructuration d’ampleur qui a marqué ce secteur, Alain Perez qualifie de novlanque les « labex » et autres « Equipex» apparus avec le Grand Emprunt de juin 2009 pour concurrencer les grands pôles internationaux de R&D. Ces nouveautés s’ajoutent aux PRES, ANR, Aeres et RTRA issus de la réforme des universités initiée en 2007.  Le journaliste attend « la décantation darwinienne des projets » pour y voir plus clair mais pour l’heure l’ensemble reste « illisible à une majorité de chercheurs hexagonaux… et totalement incompréhensible aux scientifiques étrangers » ; elle est qualifiée « d’usine à gaz », de « labyrinthe scientifico-administratif ». Présentant les nouvelles structures de recherche, le journaliste évoque la création d’un septième Institut Hospitalo-Universitaire (IHU) dédié à la cancérologie et associant l’Institut Gustave Roussy à Saint-Louis (AP-HP). Il s’ajoutera aux six autres IHU déjà existants, aux 6 Instituts de recherche technologique (IRT) et aux 3 initiatives d’excellence (Idex). Interviewé, Alain Fischer, directeur de la Fondation Imagine (IHU de Necker AP-H) déplore le retard des financements et la directrice générale de l’Agence Nationale de la Recherche, Jacqueline Lecourtier de tempérer en annonçant le déblocage d’1 milliard d’euros pour la fin de l’année. Autre problème, les partenariats public-privé  où le public est engagé à hauteur de 60% tandis que le privé affiche en France « le taux le plus faible de tous les pays industrialisés » : 40% sur  43,6 milliards d’euros de dépense intérieur de recherche et développement en France en 2010 ( 2,36 du PIB). Un retard qui n’est pas du goût d’Alain Wauquiez, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche qui tançait récemment les entreprises « L’Etat fait sa part en finançant la recherche publique. Les pôles de recherche ont basculé dans un monde ouvert aux coopérations. Et vous, que faites-vous ? Il est temps que vous bougiez »

Marie-Georges Fayn


Fondation MACSF : derniers jours pour déposer vos dossiers   

Le meilleur de la télévision pour vos patients

Relay H, un réseau très hospitalier

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.